(38) IsèreJazz à Vienne

10/07/2019 – Fleuves au Club de minuit

Surprenante entrée en matière que celle de Fleuves.

Tout d’abord Emilien Robic qui se sample à la clarinette basse, puis entrent en jeu, dans l’obscurité, le Fender Rhodes tenu par Romain Dubois et la basse de Samson Dayou. Peu à peu se met en place un rythme de transe.

Très vite, à l’orchestre, les stagiaires de l’Académie venus en force font une grande ronde en rythme au centre de laquelle viennent évoluer un ou deux couples sous l’ovation des jeunes. Probablement sans trop le savoir ils nous font une gavotte*. C’est amusant et cela ne désarçonne nullement les musiciens. Ils entament un second morceau à l’aune du premier. C’est électrique et electro, la clarinette apaise le tout.
L’orchestre se transforme en dance-floor.
Les morceaux se succèdent.

Arrive enfin le slow, mais il ne fait pas recette, les jeunes ne dansent plus le slow. Alors le slow s’énerve et devient valse à la mode de Bretagne avant de virer à nouveau en mode transe façon Breizh.

*note : Un breton de l’organisation du festival nous signale qu’il ne s’agissait pas d’une gavotte mais d’une « plinn ».

Emilien Robic: clarinette ; Romain Dubois: Fender Rhodes, effets ; Samson Dayou: basse

Ont collaboré à cette chronique :

X