Il s’agit d’un duo très « ethnique », deux musiciens qui jouaient sur les marchés de Lilongwe, la capitale du Malawi ou dans les mariages. Un producteur les a repérés et les voici sur la scène du Péristyle puis à Cybèle.

Petit point de géographie le Malawi est un petit état de l’Afrique du Sud-Est dont une grande partie de la superficie est le lac Malawi.

Les deux musiciens viennent avec leurs instruments « home made », bricolés, rechapés. Tout d’abord ce surprenant babatone, sorte de basse à une corde basé sur une caisse en bois de récup. Ensuite ce « banjo » en forme de guitare avec quatre cordes et un tambour en bois d’arbre des plus communs.

Yobu Malingwa joue de son babatone à même le sol, cet instrument produit des basses très amples en dépit de son aspect frustre. Yosefe Kalekeni est assis sur son tambour et joue de son « banjo » africain.

Durant tout le set ils nous livreront des chansons sur un rythme minimaliste et répétitif. J’ai entendu qu’on pouvait les comparer dans les tonalités à Simon & Garfunkel, pas faux. On se laisse prendre, la magie opère et l’on comprend mieux l’engouement pour ce duo improbable.

Yosefe Kalekeni: banjo du Malawi, percussion, voix ; Yobu Malingwa: babatone, voix

Ont collaboré à cette chronique :

X