(38) IsèreJazz à Vienne

13/07/2019 – Bonga au Théâtre Antique

Après Neneh Cherry place à la musique de fête de Bonga. Cet Angolais de soixante-seize ans est représentatif de tout un pan de la tradition musicale de son pays. Avec plus de trente albums à son actif c’est plus qu’un ambassadeur, une légende vivante.

A la première écoute on ne peut s’empêcher de penser à l’archétype des musiques de pub pour café.

Les accents brésiliens viennent de racines communes. L’Angola, ancienne colonie portugaise est toujours lusophone.

En tous cas c’est efficace, le parterre ondule et chaloupe au gré de ces musiques légères et festives.

Bonga chante en râpant son bambou et frappant ses congas.
Sa voix éraillée et sa gouaille font recette, son Français est parfait et dénote un sens de la taquinerie qui sied bien à ce public.

Avec ses rythmes quasi identiques il réussit à ambiancer le Théâtre Antique qui n’a pas à se poser question sur la manière ou la façon à adopter pour danser.

Vers la fin du set il nous propose une chanson « pour les gens de mon âge », c’est tout doux et presque mélancolique.

Bonga: voix, congas, dikanza ; Betinho: guitare ; Ciro Lopes: accordéon ; Hernani Pinto Lagrosse: basse ; Djipson: batterie

X