(38) IsèreJazz à Vienne

13/07/2019 – Neneh Cherry au Théâtre Antique

Quand Neneh Cherry et Youssou N’Dour ont émergé en 94, le tube 7 seconds a monopolisé le hit-parade français pendant pas moins de seize semaines. Pas moyen d’y échapper. J’avais à peine quatre ans et je m’en rappelle encore, au même titre que Céline Dion ou Jean Jacques Goldman qui passaient en boucle sur Chérie FM.

Bien sûr entre temps j’ai grandi et mes parents n’ont plus jamais entendu parler de Neneh Cherry qui ne passait plus sur Chérie FM. Pourtant, et au même titre que beaucoup d’autres chanteurs de ma plus tendre enfance (voire d’avant…) je l’ai redécouverte rapidement durant le regain d’intérêt pour les années 90 que j’ai eu dans mon adolescence. Un intérêt brouillon entre rock 70s, punk, hip hop des 90s, trip-hop et gros métal qui tache…
Bref, parmi tout ce beau monde, j’ai repêché Neneh Cherry qui oscillait elle-même entre divers courants de musiques urbaines, notamment lors de son projet avec le groupe CirKus qui sortira l’album Laylow en 2006. (Un chef d’œuvre de mélange trip hop, rock et electro !) Ça sera l’occasion de redécouvrir dans la foulée ses premiers albums et les tubes que j’avais pu rater quand je portais encore des couches culottes.

Quinze ans plus tard, c’est la même voix éraillée que je retrouve au théâtre. Le concert démarre lentement, dans une veine un peu intimiste, c’est l’aspect mélancolique et trip hop qui dominera le début de ce set dans lequel arrivera d’ailleurs très vite un women digne de ce nom. Neneh est là pour faire plaisir à son public, et elle fera exactement ce qu’on attend d’elle –et qu’elle fait de mieux- c’est-à-dire ces grands succès des années 90 entrecoupés de quelques nouveautés.
Derrière elle, les musiciens sont jeunes, la plupart d’entre-deux portaient probablement les même couches que moi quand Buffalo Stance faisait danser breakdancer et autres adeptes. Mais ces jeunes-là ont de l’énergie à revendre et s’éclatent sur scène en s’échangeant instruments et regards complices. Le public trouvera plus de place pour s’agiter sur la fin du concert et sur un rappel à rallonge bien plus énergique. Avec notamment, « Cherry on the top », la venue de deux membres du Mangrove Steelband qui fait chaque année danser les londoniens pendant le carnaval (et un des plus proéminent steelband d’Europe.) pour achever de mettre l’ambiance. Les fans ne seront pas déçus !

X