(38) IsèreJazz à Vienne

13/07/2019 – Papatef au Théâtre Antique

Papatef… La première fois que je pars d’une All Night Jazz sans avoir vu le soleil se lever…

Comment vous dire.. Cyril Atef est loin d’être un mauvais batteur, il a même un excellent palmarès à son actif : M, Julien Loureau, Brigitte Fontaine, Alain Bashung, Vincent Ségal, etc. Mais voilà, la clôture de la fameuse All Night Jazz elle aussi a un sacré historique depuis 90: Moon Hooch, Guillaume Perret, Snarky Puppy,  Kermit Ruffins, Manathan transfer, Bonney Fields, Trombone Shorty and new Orleans Avenue, Cory Henry. Bref, que de monde qui bouge en guise de réveil matin énervé après toute une nuit de concerts.

Papatef arrive, s’installe, fait ses balances et se lance dans le match du concert à l’aube. L’homme-orchestre a un look marrant qui lui attire la sympathie des derniers survivants. Les litres de café servis à l’entracte commencent à réveiller un peu le public endormi et on s’agite sur les gradins pour descendre observer cet énergumène de plus près.

Armé de ses machines et sampleurs, il lance des rythmes afro et commence par chanter pour ambiancer la foule « chaud », qu’il nous crie. La seconde fois, je ne peux m’empêcher de penser « cacao » dans ma tête… C’est mal parti.

Une fois installé à la batterie, c’est la surenchère de polyrythmes et de samples étriqués. J’ai l’impression de voir un de ces clown-orchestre performer à la batterie sur un remix de Magic System. Je m’enfonce un peu plus sous ma couette, bien au chaud. Je me rappelle une fois de plus le feu de Moon Hooch et me crispe un peu… Qu’est-ce que c’était bien ! J’avais tellement envie de danser…

Papatef joue très bien de la batterie mais les samples utilisés me font penser à un mauvais remix de boîte de nuit et je me surprends à me dire que la prochaine fois, autant faire venir un DJ pour finir tout ça. Au moment où le soleil se lève, il pourrait nous mettre un classique du genre « ce n’est qu’un au revoir » en rallumant les lumières et on comprendrait qu’il est l’heure de rentrer se coucher…

Non, Papatef ne m’a pas emballée sur cette clôture de festival et j’en reste un peu sur la faim. Je suis rentrée dans le noir de la nuit et ça, ce n’est pas habituel…. A l’année prochaine pour le lever du soleil !

X