(26) DrômePoët Laval Jazz

21/07/2019 – Jérémy Lirola Quartet au Poët-Laval Jazzs Festival

« Mock the borders » du Jérémy Lirola Quartet : Roland Corbelin n’hésite pas la comparaison et évoque Ornette Coleman et sa recherche de liberté.
Le premier morceau est en fait une suite déclinée sous trois humeurs différentes et porte le titre du dernier album du quartet Mock the borders. Cela nous permet de découvrir l’univers de cette formation qui nous vient d’Alsace. Un jazz contemporain vif et rythmé où le sax alto de Denis Guivar’ch occupe une belle place. Le leader Jérémy Lirola, n’est pas en reste et s’octroie ici un long solo. L’ensemble est très équilibré. Maxime Sanchez n’hésite pas à puiser dans les effets de son Nord Electro. Les hirondelles apprécient et viennent parfois donner un coup d’aile et de tridulations à l’ensemble. Le charme des concerts estivaux en plein air.
Atomic Clown continue à nous montrer le joli paysage sonore de Jérémy Lirola.
Red/Black/White/Yellow nous fait voyager loin des frontières aux quatre points cardinaux, quatre atmosphères différentes. Nicolas Larmignat s’affirme tout au long du set d’un soutien hors pair tant aux balais qu’aux baguettes ou aux mailloches.
Ghost dance en hommage à Jean-Francois Jenny-Clark, avec bien évidemment des citations de John Coltrane.
Ensuite le concert s’assagit et chacun part explorer en toute tranquillité les frontières de son instrument, ça vire à du free calme. Intrigant.
Pour l’avant dernier morceau les quatre se retrouvent avec une montée en tension très lente mais assurée et assumée, il s’agit de l’Essai éternel.
Final avec Ornette on my side, inutile de préciser la source d’inspiration.
Et pour le rappel ça sera Art the last belief issu de leur premier album « Uptown désire ».

Un concert parfait pour amateurs de jazz contemporain.

Jérémy Lirola: contrebasse, composition ; Denis Guivar’ch: saxophone ; Maxime Sanchez: piano, clavier ; Nicolas Larmignat: batterie

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X