(69) RhôneLes Nuits de Fourvière

26/07/2019 – Omara Portuondo « Ultimo beso » aux Nuits de Fourvière.

Après une carrière de 75 ans, c’est sur cette dernière tournée que la chanteuse cubaine Omara Portuondo tire sa révérence à la scène internationale.

Née à la Havane en 1930, la diva du Buena Vista Social Club, a commencé à se produire en 1945 comme danseuse auprès de sa sœur Haydée.

En 1952 Omara commence à chanter dans le quatuor qu’elle fonde avec Haydée.

Ce quatuor devient l’un des plus important de la musique Cubaine et partage la scène avec des étoiles tel que : Nat King Cole et Edith Piaf.

Sa carrière solo démarre en 1959 où elle sort un premier album appelé « Magia Negra ».

Une trentaine d’albums suivront et elle recevra de nombreuses récompenses tel que :  la médaille « Alejo Carpentier » en 1988, le titre d’ambassadeur de la croix rouge internationale en 2004, un Grammy Award en 2008 pour l’album « Gracias »…

C’est à partir de l’année 1996 qu’elle intègre le Buena Vista Social Club auprès des regrettés Compay Segundo et Ibrahim Ferrer et qu’elle séduit le public français au travers les tournées de l’orchestre.

 

Pour son dernier concert dans notre belle ville, c’est sous les applaudissements du public et au bras de son pianiste Roberto Fonseca que la diva fait son entrée.

Le poids de ses quatre vingt-huit ans l’oblige à se déplacer avec de l’aide et à chanter assise durant tout le concert mais cela n’altère en rien la qualité de sa prestation car sa prestance et sa voix sont toujours présents et le public ne peut s’empêcher de danser.

Elle interprète un répertoire composé de ses plus grands succès dont Adios Felicidad et Veinté Anos.

Malgré l’orage qui a perturbé la fin du concert, la cantante* a envoûté le public et sa sortie était accompagnée d’applaudissements et de cris enthousiastes des spectateurs.

C’est peut-être sa dernière tournée internationale mais comme elle l’a annoncé, dans une récente interview, ce n’est pas encore la fin de sa carrière car elle continuera de se produire sur les scènes cubaines.

Ultimo beso :  Dernier baiser en espagnol

*Chanteuse en espagnol

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X