(26) DrômeCrest Jazz Vocal

27/07/2019 – Anne Paceo « Bright Shadows » au Crest Jazz Vocal

Anne Paceo a le redoutable honneur de conclure cette soirée « Fine fleur du jazz français ». La voix a toujours fait partie de ses préoccupations musicales. Le projet Bright Shadows arrive donc à point nommé pour qu’elle soit enfin programmée à Crest durant le festival d’été. Elle accompagnait Marion Rampal lors de la présentation printanière de l’édition 2018. 

Paradoxalement, le concert commence en instrumental : Anne est à la batterie, Pierre Perchaud à la guitare, Tony Paeleman aux claviers et Christophe Panzani aux saxophones (ténor et soprano). La chanteuse Ann Shirley et son confrère Florent Mateo les rejoignent en cours de route pour conclure le bien nommé Le Cri (titre bonus de l’album Bright Shadows). Puis  Jasmine Flower, tout comme Calle Silencio utilisent les voix comme des instruments. Celles-ci ne sont plus vectrices de sens, mais de sensations. Les textes en anglais des trois chansons suivantes, Tomorrow, Hope Is a Swan, The Shell ne changent pas trop la donne pour les non-anglophones… Le titre éponyme de l’album Bright Shadows, ainsi que Contemplation nous emmènent vers Nehanda, hommage aux femmes guerrières, qui aurait conclu le set sans l’enthousiasme du public qui obtient en rappel Stranger et ses quelques couplets en français… Avant un ultime salut, le sextet nous offre un final a cappella en front de scène. 

Les « ombres brillantes » ont illuminé la nuit de samedi à dimanche. Le projet d’Anne Paceo a bénéficié d’une belle écoute, au regard de l’heure avancée de son passage. Au cœur du projet, les voix de la chanteuse et du chanteur côtoient çà et là celles de Anne, de Pierre et de Christophe. L’instrumentation n’est pas en reste et se montre homogène de bout en bout. Toute fraîche, cette formation n’a pas encore la maturité d’une formule rodée mais s’annonce ô combien prometteuse ! Si d’autres programmateurs arrosent eux aussi ces fines fleurs…

Ont collaboré à cette chronique :

X