(26) DrômeCrest Jazz Vocal

31/07/2019 – Omar Sosa et Yilian Canizares « Aguas » Crest Jazz Vocal

Comme célébrant un rituel santero, ils sont arrivés en procession d’un pas lent, tous les trois, une main sur l’épaule du précédent, le premier tout de blanc vêtu brandissant un petit flambeau.

C’est ainsi que le trio cubano-vénézuelien : Omar Sosa, Yilian Canizares et Gustavo Ovalles est entré sur scène ce 31 juillet au Crest Jazz Vocal.

Le public était déjà conquis mais le meilleur était à venir.

Omar Sosa, pianiste, compositeur, arrangeur, reconnu internationalement, est né à Camagüe ; Yilian Canizares, violoniste, chanteuse et danseuse surdouée, est née à La Havane ; deux générations de cubains, réunies par la musique, mais aussi par la pratique spirituelle de la Santeria, religion originaire de Cuba dérivée de la religion yoruba. C’est donc tout naturellement que leur album « Aguas » (eaux) est dédié à Oshun, la Déesse de l’Amour et Maîtresse des Rivières.

Le percussionniste vénézuélien Gustavo Ovalles, complice d’Omar depuis 1999, complète le trio.

Quelle surprise que cette rencontre musicale à la jonction des racines afro-cubaines, de la musique classique, de l’électro, du jazz et de la spiritualité. Omar Sosa maîtrise évidemment ses trois claviers, menant avec dynamisme et talent son jeu à l’éventail très large. Il ne se départit par de son goût pour l’improvisation, notamment lorsqu’il dialogue avec Gustavo, percussionniste aux mille ressources allant de la petite, moyenne et grande percussions : batterie, tumbadora, maracas, congas,quitipla, cumaco, etc, mettant le public en ébullition.

La très belle violoniste Ylian Canizares, contribue merveilleusement à cette célébration de l’eau. Elle fait vibrer les cordes de son violon, tout en chantant de sa voix feutrée et suave. Mais elle danse aussi en faisant resurgir ses racines afro-cubaines et mettant une énergie proche de la transe.

Aguas est un concert original, audacieux et généreux servi par le charisme d’Omar et l’osmose évidente des trois musiciens. Ils sont comme l’eau, source d’énergie et de force, qu’ils transmettent sans compter par leurs instruments, leurs corps, leur musique.

Une petite note de nostalgie avec quelques soupçons de rythmes cubains, une petite note de spiritualité yoruba, et une grosse note de poésie, de spontanéité et de métissage.

Le public enthousiaste semblait être en communion avec ces trois là

Ont collaboré à cette chronique :

X