(26) DrômeBlue Motte Jazz Festival

05/08/2019 – Bloom Quintet au Blue Motte Jazz Festival

La soirée au Blue Motte Jazz Festival sera vocale.
Cela commence avec un groupe au nom prédestiné pour le festival le Bloom Quintet.
Un groupe que l’on connaît bien et que l’on retrouve à chaque fois avec plaisir.

Ce soir Bloom Quintet nous présente en avant-première le répertoire de son premier album « Dièse 1 » qui sort à la fin du mois.

Devant, trois chanteuses complémentaires, avec des tessitures différentes. Derrière la rythmique assurée par Martin Guimbellot à la contrebasse  et Nils Weksteinà la batterie et aux percussions.
Le répertoire intègre désormais un certain nombre de leurs compositions (de Mélina Tobiana, de Léa Castro ou encore de Laurence Ilous).
D’entrée de jeu on est conquis par la fraîcheur de leur jeu et la justesse des voix.
Les voix s’amusent, passent de l’unisson au canon ou à la polyphonie. L’une ou l’autre prend le lead, les autres accompagnent. On passe du blues, au R’nB comme si de rien n’était.
Au rayon des reprises on reconnaît All about that bass de Meghan Trainor, Crazy d’Ornette, Canto de Ossanha de Baden Powell (en Brésilien), Grandma’s hand de Bill Withers, Throw it away de la regrettée Abbey Lincoln (une reprise qui « met les poils »).
Les filles s’amusent et font des interventions rigolotes pour ponctuer ou présenter leurs chansons.
Sur Shape of my heart de Sting la complémentarité est impressionnante.
Quelle cohésion, quelles chanteuses!

 

Mélina Tobiana: voix, percussions ; Léa Castro: voix ; Laurence Ilous: voix, percussions, ukulélé ; Martin Guimbellot: contrebasse ; Nils Wekstein: percussions

Ont collaboré à cette chronique :

X