(26) DrômeParfum de Jazz

22/08/2019 – Suzy & Kho à Suze-la-Rousse

Le « Jazz au Village » du jour se déroule à la cave La Suzienne, à Suze-la-Rousse, village de deux mille âmes qui abrite une université du vin prestigieuse.
Parfum de Jazz y fait halte tous les ans.

Ce soir c’est le quartet Suzy & Kho qui s’y prête. Frédérique « Suzy » Brun à la voix et Philippe Khoury (« Kho ») au piano sont bien sûr accompagnés de leurs fidèles lieutenants Bruno Simon aux guitares et Christophe Lincontang à la contrebasse. On ne change pas une équipe qui gagne!

En connexion avec la soirée de clôture de samedi le répertoire proposé va décliner une bonne dizaine de titres du regretté Michel Legrand :

One at a time, B.O. du film la Piscine (Ah, Romy Schneider !)

Quand on s’aime (1967)

Première collaboration entre entre Legrand et Demy, « Les parapluies de Cherbourg » (1964) avec  Je t’attendrai (I will wait for you)

B.O. de l’affaire Thomas Crown (de Norman Jewison avec Steve McQueen et Faye Dunaway) sur des textes de Allan et Marylin Bergman (les seuls paroliers de Legrand à Hollywood) : Windmills of my heart ici en français Les moulins de mon coeur, une mélodie intemporelle, ici réarrangée à la sauce Khoury avec au passage un fort joli chorus de Bruno Simon.

Dans le même registre on poursuit avec La Chanson de Maxence, autre collaboration avec Demy pour « Les demoiselles de Rochefort ». Ce morceau faisait partie d’un album joué par le groupe Mascara « Les chansons françaises devenues standards » (avec Frédérique et Philippe dedans) qui lui avait valu un Django d’or en 1996. Magnifique interprétation de Frédérique.

Il y a quarante cinq ans Legrand a écrit un chef d’œuvre qui raconte l’histoire d’une femme de sa naissance à sa mort, Barbra Streisand avait refusé de chanter ceci à l’époque et c’est Nathalie Dessay qui l’a interprété récemment. Frédérique a choisi Between yesterday. Ceci dit, Barbra Streisand à fait le film : « Yentl ».

A piece of sky, un morceau traditionnellement joué avec grand orchestre et nappes de violons et tout le tralala… les trois accompagnateurs font très bien le business.

Sur Quand ça balance, Alain Brunet qui « passait par là » est invité à venir scatter, et comme d’habitude il s’en sort haut la main.

How do you keep the music playing ? un morceau de Quincy Jones arrangé par Michel Legrand pour James Ingram et Patty Austin en 1983.

Rien n’est grave dans les aigus, une chanson techniquement compliquée à chanter qui faisait partie du répertoire de Christiane Legrand. Une sorte de montagnes russes vocales. Une prouesse.

Le public adore et demande un rappel, ça sera Mr Paganini, un tube d’Ella Fitzegald. Et ensuite place à la dégustation offerte par la Suzienne.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X