(74) Haute SavoieClermont Jazz Festival

24/08/2019 – Tribute to Michel Petrucciani au Clermont Jazz

« 20 ans », c’est l’âge du festival de Clermont-en-Genevois, cela fait aussi vingt ans que nous sommes privés de l’immense pianiste et compositeur Michel Petrucciani. Pour lui rendre hommage, son batteur fidèle Manhu Roche a réuni un quartet de musiciens ayant des liens particulier avec MP.
En premier lieu son frère Philippe Petrucciani, guitariste, puis Flavio Boltro avec qui il a partagé la scène pendant cinq ans, et enfin le « Benjamin » de l’équipe François Gallix qui a fait une session avec lui alors qu’il n’avait que treize ans et demi et pour qui c’est gravé dans le marbre (même s’il s’est « vautré » ce jour-là, nous disait-il).

C’est donc une formation légitime pour rendre hommage à MP.

Il vont interpréter à une exception près des compositions de Michel. Une sélection drastique parmi toutes celles qu’on aurait pu attendre.

Cela commence en trio guitare, basse, batterie … pas de piano (?!) : It’s a dance. Manhu nous explique que la musique de MP peut se jouer sans piano et qu’il vont nous le montrer.
Arrivée de Flavio Boltro pour Training. Le groupe prend de la hauteur, sa trompette colore la musique. 
On reconnait ensuite l’un des plus grands succès de MP : Brazilian like, l’arrangement pour cette formation lui convient tout à fait.
Mr PM, un titre en forme de blague, écrit par Manhu Roche pour Michel Petrucciani qui n’était pas du matin. Entamé avec un long solo de contrebasse.
Sur Manhattan Philippe Petrucciani sort son jeu vif et compact à la Wes Montgomery.
Ensuite Flavio et François Gallix nous offre un joli dialogue bien swinguant. Puis Manhu se lache sur un court solo bien dense.

Manhu laisse le micro à Flavio qui nous raconte une anecdote croustillante sur son ami qu’il appelait « piccolo grande huomo ». Nous n’en découvrirons qu’une seule (« la perruque rouge à pieds ») même si François nous précise qu’il y en a « des wagons ». Michel était drôle, bon vivant et espiègle.

Pour finir ce trop court set, Nathalie Blanc, chanteuse, l’épouse de Philippe rejoint le Band pour deux morceaux dont I wrote you a song. Un style daté mais un scat efficace.

Ce tribute to Michel Petrucciani était indispensable. Il entretient la flamme et nous rappelle l’excellence de ce musicien de génie.

Ont collaboré à cette chronique :

X