(74) Haute SavoieClermont Jazz Festival

25/08/2019 – Raphaël Lemmonier – Tricia Evy – Michel Pastre Sextet « hommage à Count Basie » au Clermont Jazz

Raphaël Lemmonier se présente avec son nouveau projet, un hommage à la musique de Count Basie.

Il introduit ses musiciens en les replaçant dans leur contexte : Philippe Guignier dans le rôle de Freddie Green ; Michel Pastre dans le rôle de Lester Young. Robert Ménière est à la batterie et Pierre Fenichel à la contrebasse.

Dès son entrée sur scène Michel Pastre nous fait une grosse impression, un ténor joué très bop et avec une belle énergie. On sait d’embée qu’il va nous ravir.

Après l’indicatif de l’orchestre  de Count Basie One O’Clock Jump  groovy en diable on passe à une ballade très soft Blue and sentimental et forcément très bluesy. Le son soyeux du ténor de Pastre fait merveille.

Billie, Helen (Humes), Ella ont prêté leur voix à l’orchestre de Basie ce soir c’est la sculpturale Tricia Evy.
Les chansons, toujours des tubes vont défiler.
On reconnait un Ain’t misbehavin’ bien mené, « sans bêtises ».
I´m beginning to see the light une des préférées d’Ella. On apprécie le petit jeu de cache-cache entre scat et piano où Raphaël reprend les citations de Tricia.
He’s funny that way immortalisé par Billie Holiday.
Pour Stardust , la scène est laissée à la rythmique et en particulier à Philippe Guignier pour une introduction en solo à la guitare (Raphaël nous rappelle que Freddie Green ne prenait, lui, jamais de chorus dans l’orchestre)
On retourne à Billie avec Baby now or never puis Swing brother swing, Tricia Evy fait montre d’une grande maîtrise du répertoire et d’une belle présence sur scène.
Rappel sur On a sunny side of the street en hommage à Ella et Louis. Tricia était très crédible dans son imitation de Satchmo et a soulevé le public.

Ce projet s’apparente à un exercice de dictionnaire amoureux en musique et est bien léché, une habitude avec Raphaël Lemmonier. Une fois encore il a su s’associer avec une chanteuse qui va faire parler d’elle.

Visiblement le public a adoré, debout à la fin et surtout Tricia Evy était encore en train de vendre des CD à la reprise du set suivant.

Ont collaboré à cette chronique :

X