(69) RhôneJazz sur les places

21/09/2019 – Cédric Granelle et Pierre « Tiboum » Guignon à Jazz sur les places

Cédric Granelle se présente comme un joueur de Stride. Il nous rappelle que ce style joué à Harlem (essentiellement dans les années 10 à 30-40) vient du verbe « to stride » (marcher à grandes enjambées, à grands pas) qui traduit les mouvements de la main gauche qui alterne notes basses et accords à grande vitesse.

Cédric nous indique avec une certaine déférence qu’il est très heureux de se retrouver sur scène avec Pierre « Tiboum » Guignon qu’il connaît depuis plusieurs décennies et qu’il allait voir au Petit Opportun, célèbre caveau de jazz parisien où il était le batteur résident. Mais « Tiboum » a sévi aussi sur de multiples autres scènes.

Les références de Cédric Granelle sont James P. Johnson,  le « Père du Piano stride », Fats Waller, et Willie « The Lion » Smith qui vont amener la quasi totalité du répertoire proposé ce soir.

Jazz populaire s’il en est, le public se laisse prendre au jeu et tape dans les mains en rythme. On replonge avec une certaine nostalgie dans les vieux films muets comme ceux de Buster Keaton.

On passe par le concerto numéro 2 de Rachmaninov, bien réarrangé à la sauce Harlem, surprenant « sacrilège », dixit Cédric.

Pierre Tiboum Guignon que l’on n’attendait pas trop là, se révèle très à l’aise dans ce vieux style et il semble même y prendre une certaine délectation.

Apparemment Cédric et Tiboum se sont fait plaisir, et il nous ont fait plaisir car leur concert a duré près de deux heures. Générosité !

Ont collaboré à cette chronique :

X