(42) LoireRhinoJazz(s)

01/10/2019 – Marion Rampal « Main Blue » au Rhinojazz(s)

Entre chien et loup, sous de beaux nuages gris-rose, on roule au delà de la capitale ligérienne… Le Rhino a élu domicile chez les Rouchonnes et les Rouchons pour accueillir « Main Blue », le projet que la chanteuse  Marion Rampal présente avec Anne Paceo à la batterie et Pierre-François Blanchard aux claviers. Le bien nommé OPSIS (spectacle vivant selon Aristote…) est bien rempli pour accueillir ce concert, fruit de la collaboration entre le Rhinojazz(s), Jazz à Vienne et la ville de Roche-la-Molière. De volumineuses lettres blanches sont posées en fond de scène devant le rideau noir : R H I N O. Après les présentations des trois partenaires organisateurs, place aux trois partenaires musicien(ne)s !

Revisité telle une prière, le blues de Blind Willie Johnson Soul of a man entame le concert en anglais. Marion est à jardin, Anne lui fait face à cour, Pierre-François fermant le triangle au centre. En français et en wolof, Savage nous emmène vers de nouveaux horizons africains. Entre jazz et ska, « La chanson préférée » de l’édile rouchon, The Perfect Husband arrive ensuite. Le voyage se poursuit sereinement du côté de La Nouvelle Orléans avec Chanson de marin introduite par le mélodica du Breton du trio. Ambiance créole avec La Belle et les trois Capitaines qui fait entendre la voix samplée de la Louisianaise Alma Barthelemy. Tout en douceur, 5 PM Song évoque la quiétude d’un après-midi finissant. De bon cœur, nous donnons de la voix pour accompagner Heart de nos modestes vocalises. Go for it ne cesse de monter en puissance avant une sincère salve de remerciements pour l’organisation, l’accueil, le sonorisateur,  le public… Dédié à Archie Shepp, le très électrique Let the Wind Blow précède les saluts et la sortie de scène du trio.

Conquis, le public en veut encore et le fait savoir ! Marion revient seule nous faire chanter avec elle sa Chanson de marin avant que ses complices ne délaissent les coulisses pour revenir dans la lumière avec une reprise endiablée d’ « une chanson gaie » d’Amina Claudine Myers Do You Wanna Be Saved, discrètement agrémentée d’une citation d’ I feel love de Donna Summer . 

Tout au long du concert, Marion Rampal prend le temps de présenter chaque morceau pour en situer le contexte. Sa parfaite maîtrise vocale et son usage particulièrement efficace des effets visant à magnifier sa voix en font une des chanteuses les plus originales de sa génération. Elle est idéalement épaulée par la batterie libérée et assurée d’Anne Paceo ainsi que les claviers variés et imaginatifs de Pierre-François Blanchard. Les musiciens deviennent souvent choristes et semblent y prendre beaucoup de plaisir.

D’autres plaisirs furent partagés par le public à l’issue du concert autour d’un verre de l’amitié et une séance de dédicaces avec la chanteuse venue avec « Main Blue » et son nouvau projet « Le secret », en duo avec son pianiste, Archie Shepp et Raul Barboza en invités, à paraître le 18 octobre. Le voyage retour ne sera pas bercé par les essuie-glaces, mais par le souvenir des notes bleues entendues ce soir…

Ont collaboré à cette chronique :

X