(38) IsèreGrenoble-Alpes-Métropole Jazz Festival

15/10/2019 – Akoda Trio au Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival

C’est à la salle des fêtes de Bernin qui recevait le quinzième Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival pour la première fois que s’est déroulé le onzième concert du festival. A cette occasion le Jazz Club a accueilli le très bon trio Akoda avec Valérie Chane Tef d’origine réunionnaise au lead, au piano et au chant, Benjamin Pellier à la basse et aux chœurs et Franck Leymergie aux percussions et aux chœurs.

Dès le premier morceau, Yalé, le ton est donné, un jazz créole original avec de belles orchestrations très bien exécutées, un groove qui vous donne envie de danser  et une osmose parfaite entre les musiciens.

Dans le deuxième morceau, Mariposa, nous avons une introduction très rythmée avec un phrasé de musique classique contemporaine au piano fruit sans doute de la longue formation classique de Valérie Chane Tef. La suite du morceau est très marquée par le rythme latin mais avec toujours, un swing présent en arrière-plan que ce soit à la basse au piano ou aux percussions. Franck Leymergie dans un solo de congas nous démontre ici la grande maîtrise qu’il a de cet instrument.

Avec Amour content, c’est le rythme qui prend le dessus, on a tout de suite envie de bouger en rythme.  Dans Musik Pou Lo Ker c’est une curieuse introduction qui ne manque pas d’originalité faite d’onomatopées qui est jouée.  C’est d’ailleurs une marque de fabrique de ce groupe que de toujours nous proposer d’un morceau à l’autre quelque chose qui surprend l’auditeur attentif, le tout exécuté parfaitement par les trois musiciens qui s’entendent à merveille.

Dans Tôt ou tard, une suite de phrases répétitives où comme dirait mon ami Dougie « ça groove grave » permet  à la pianiste Valérie Chan Tef, au percussioniste Franck Leymerégie et au bassiste  Benjamin Pellier d’exprimer tout leurs talents de brillants solistes.

Avec le morceau De l’intérieur nous avons droit à une très belle ballade, un piano avec des accents à la Brad Mehldau. C’est un morceau qui démontre une fois de plus les qualités de compositrice de Valérie Chan Tef.

Sur Maladie D’Amour d’Henry Salvador Valerie Chan Tef a demandé au public comme sur d’autres morceaux de chanter avec elle,  elle le demande avec beaucoup de simplicité et de chaleur et le public, ravi, s’y est prêté de bonne grâce.

Avec Jusqu’à jamais c’est encore quelque chose de nouveau qui nous est offert, Valérie Chan Tef chante et improvise sur un rythme brésilien à l’unisson avec son piano. C’est un très bon moment car la mélodie à la voix et les notes piano se marient parfaitement,  ceci grâce à une tessiture de voix très étendue et un beau phrasé.

C’est avec le Mystère Du Virage qui est un morceau très rythmé proche du ska et parfaitement maîtrisé par nos trois musiciens que s’est terminé le superbe concert  du trio Akoda.

Le public a applaudi chaleureusement les musiciens sur ce dernier morceau.  

Ont collaboré à cette chronique :

X