(26) DrômeFestiv'Jazz

24/11/2019 – Le P’tit Bal Swing du Festiv’Jazz

Ce n’est pas encore une tradition, mais ça va le devenir. Pour la seconde année le Festiv’Jazz s’achève par « Le P’tit Bal Swing« . Une formule où Emilie Blache, danseuse, prof de danse et accessoirement chanteuse fait appel aux services de Jean-Pierre Almy et de sa formation pour faire danser le public sur de la musique en « chaire et en os » (pour ne pas écrire « live »).

Un premier morceau d’introduction du quintet, Five brothers (ça tombe bien pour un quintet). Le public est bien sagement assis sur ses chaises. Ça ne va pas le faire !

Émilie Blache arrive au centre de la salle et invite les danseurs et danseuses à la rejoindre en cercle autour d’elle. Très vite une cinquantaine de danseurs la rejoigne. Surprenant !

Elle prodigue quelques conseils de base. Tout d’abord la pulsation, le « bounce ». Quelques pas simples. Et le truc est lancé. C’est parti pour presque trois heures de danse swing, Lindy-hop et assimilées.

Emilie est une superbe pédadogue, elle met en confiance toute la troupe. Groupe disparate avec des pratiquants et des néophytes. Qu’importe, elle a les recettes pour que cela fonctionne, et avec le sourire en plus.

Elle est bien épaulée par le quintet qui lui obéit au doigt et à l’oeil, ralentit, accélère, joue des morceaux sur commande.

Le répertoire est vaste, près d’une trentaine de morceaux dans des versions courtes histoire que les couples puisssent changer. On retrouve des tubes tels Sweet Georgia Brown, All of me, I’ve found a new baby, After you’ve gone, Indifférence, Bye Bye Blackbird, Mack the Knife, Ces petits riens, It don’t mean a thing… Ici tout est prétexte à danser.

Ce qui était le plus marquant à mon sens était la banane sur les visage des participants au centre de la salle. Voire même sur ceux des personnes restées assises à qui ce spectacle devait rappeler des souvenirs émus.

A refaire.

 

Valentin Meylan: trompette ; Antoine Bessy: clarinette ; Pierre Hachache: guitare ; Nicolas Thé: batterie ; Jean-Pierre Almy: contrebasse ; Émilie Blache: voix, danse, coaching

 

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X