Freyja Quartet : La force et la grâce
Une formation plutôt originale (sax, guitare, contrebasse et voix), des musiciens au top, un choix de titres plus qu’intéressants, voilà ce qui attendait les nombreux spectateurs lors de la première soirée de la dix-septième édition du festival de Jazz à Fareins.
Et la soirée fut telle qu’on pouvait la rêver. Dès les premières notes, l’émotion était au rendez-vous. L’harmonie totale, tout en finesse entre les musiciens et la chanteuse dénotait une belle complicité. Aucun ne « marchait » sur la note de l’autre, mais au contraire, la soutenait, la complétait, lui donnait toute sa valeur, avec générosité et sensibilité. « Tout pour la musique », nous confiait Gaby Schenke (sax), dont les réponses à la voix vous faisait frissonner de plaisir.
La voix, c’était celle de Catali Antonini qui n’est plus à présenter : elle en fait ce qu’elle veut, de sa voix ! Large tessiture, beauté du timbre, sensibilité de l’interprétation … Elle en explorait à l’occasion et avec bonheur les aspects les plus profonds, et dans ces abîmes-là ne se trouvaient que beauté, chaleur, et vie intense.
Revenons sur l’entente entre les musiciens : tous bien présents, et tous au service de l’autre ! Une guitare brillante et créative, une contrebasse tout en force et en délicatesse, un sax dont la « voix » unie au chant veloutait et caressait… Bref, tout cela paraissait couler de source, avec une facilité et une fluidité qui faisaient oublier le travail préalable, mais mettaient l’accent sur des trouvailles bienvenues et sur le talent de tous.

Le propos du jour : rendre un bel hommage aux femmes de jazz, grâce au choix d’un répertoire presque exclusivement féminin. On a donc découvert ou redécouvert Show me a love (Cassandra Wilson, Angossia (Régina Rosa, arrangement d’Alfio Origlio), par exemple, mais aussi  The world needs good people (Gaby Schenke), Circo Certo (Catali Antonini) qui n’a pas oublié ses origines corses, loin de là. Enfin, Yanni Balmelle (guitare) nous a gratifiés de quelques compositions de son cru, tout à fait bienvenues.

Au cas où certains douteraient encore de la place des femmes en jazz, Freyja a démontré brillamment que le jazz au féminin, c’est plus que bien !

 

Gaby Schenke: sax ténor ; Catali Antonini: voix ; Yanni Balmelle: guitare ; Hélène Avice: contrebasse

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X