(01) AinJazz à Fareins

01/12/2019 – Les stagiaires « Big Band » à Jazz à Fareins

La journée bien chargée de Jazz à Fareins se termine avec les stagiaires « Big Band Junior ».

Pour la première fois le stage permet de produire deux big bands complets. L’objectif de ce stage est atteint en à peine quatre ans.

Le premier big band reprend un répertoire de Duke Ellington, le second de Charlie Mingus, deux écoles, deux époques.

Cédric Perrot, instigateur de ce stage avec Christophe Metra (toujours eux) rappelle l’origine des big bands qui initialement faisaient danser des salles entières (genre Savoy Ballroom) d’où le besoin d’un grand effectif pour couvrir le bruit des danseurs.

Mise en place du premier big band. On est impressionné pa rla jeunesse de certains des musiciens. Il nous jouera : Satin dollBlack and tan fantasy et  Perdido (de Juan Tizol). De l’Ellington pur sucre, du swing. Et un gros travail de la part des stagiaires pour pouvoir restituer ces morceaux avec peu de jours de répétition et de travail collectif.

 

Second big band sur des morceaux de Charlie Mingus, plus bop que le swing d’Ellington.

Cela commenc eavec un morceau plutôt « cool »  : Nostalgia in Time Square suivi par Haitian fight song avec une intro très réussie d’Estelle Prebet à la contrebasse sur un morceau qui virera à l’énergie. Du Mingus dans le plus pur style. On finit sur  Boogie Stop Shuffle, encore un thème qui décoiffe et superbement interprété par cette formation de jeunes musiciens, épaulée il est vrai par quelques profs.

Pour finir tout l’effectif du stage finit en fanfare façon « New Orleans » pour accompagner les visiteurs vers la sortie mais avant chaque soufflant aura eu l’opportunité de prendre un mini-chorus. L’usine à souvenirs aura fonctionné à plein.

Cette journée consacrée à la jeunesse est vraiment la signature et la pierre angulaire de ce festival attachant  à plusieurs titres.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X