(26) Drôme

12/12/2019 – New Fly à L’Oiseau sur sa Branche (Saoû)

Julien Bertrand présente le nouvel album de New Fly Quartet à L’oiseau sur sa branche à Saoû.

Comme à chaque fois que la lune est ronde, l’association « lune desaoudejazz »  programme un concert dans le cadre très provençal du restaurant L’oiseau sur sa branche à Saoû. C’est souvent l’occasion de passer une bonne soirée et d’allier le plaisir d’un mange-mange entre amis et d’un concert de qualité. Pour cette fin d’année, Julien Bertrand (trompette, buggle) vient présenter le nouvel album de son New Fly Quartet « Free revolution zone ». Remplacement de dernière minute (ne dit-on pas que les nuits de pleine lune sont souvent propices à des surprises ?), Vincent Perrier assure la place d’invité sur ce concert, en remplacement de la chanteuse Anne Sila, dont le retour était pourtant très attendu par le public.

Dès les premières notes du titre éponyme de l’album, on est immergé dans un jazz moderne, dense, rapide. La section rythmique composée d’Arthur Declercq (batterie) et François Régis Gallix (contrebasse) est une mécanique bien huilée, puissante sans être pesante qui s’adapte aussi bien aux parties funky qu’aux ballades. Le piano de Benoît Thévenot, toujours aussi fin et créatif, trouve là un terrain de jeu où il peut s’exprimer pleinement et lancer les solistes. Alternance de chorus de Julien Bertrand, percussifs, pointus et de Vincent Perrier plus doux et souples. L’ensemble est cohérent, très structuré. L’univers musical de Julien Bertrand est très urbain. On y déambule, comme dans une mégapole, où les ambiances et les cultures se mélangent. Chaleur d’été, parvis surchauffé, ambiance festive sud-américaine. Fraicheur retrouvée de la soirée dans un club underground, ambiance jazz. On y entend du Roy Hargrove ou du Ambrose Akinmusire. Puis, c’est la cohue des couloirs de métro ou bien une sieste le dimanche au bord de l’eau, on passe d’un paysage à l’autre naturellement.

Au fil du concert, les musiciens s’accordent à tour de rôle de longs chorus où ils peuvent prendre le temps de s’exprimer librement, sans filet. Savoir mettre en avant de la sorte les musiciens de son groupe n’est pas si fréquent. Big up pour Monsieur Julien Bertrand !

Le concert est axé autour du nouvel album  du New Fly Quartet (voir l’excellente chronique jazz-rhone-alpes de Laurent Brun (https://www.jazz-rhone-alpes.com/new-fly-free-revolution-zone/)). Principalement constitué de compositions de Julien, on y trouve tout de même quelques reprises des pianistes Jimmy Rowles et Donald Byrd. A noter que l’album a été récemment classé « révélation » par Jazz Magazine, sans avoir besoin d’un agent, comme Julien aime à le souligner. Le travail paye toujours, à un moment ou à un autre !

Je prends donc le pari que la «  Free Revolution Zone » dont ont besoin Julien Bertrand et son quartet va gagner rapidement du terrain et se propager dans les meilleurs festivals de France et de Navarre!

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X