(69) Rhône

18/12/2019 – Guignol et Mama Swing au Guignol de Lyon

S’asseoir dans une salle de spectacle pour vivre une première mondiale ne vous arrive pas tous les jours ! 

Le Théâtre Guignol de Lyon présente en ce mercredi après-midi de décembre la nouvelle création de la Compagnie M.A. : Guignol et Mama Swing. Le castelet brille des lettres « CLUB SANDWICH » alors qu’un micro vintage est dans le faisceau d’une poursuite… À l’initiative de ce spectacle, Alexandre Chetail accueille le public alors qu’une souris-marionnette joue de la trompette… Nous voilà prêts à écouter Mama Swing dans un superbe décor de club de jazz. Elle chante et scate, accompagnée par le Souris-Scat Quartet : Mr Onious à la contrebasse, Mr Monk à la trompette, Mr Thel à la batterie et Patrick Guillot au piano. Le décor se transforme et nous voilà dans la rue où Guignol écoute le concert à travers un soupirail. Avec l’aide des jeunes spectateurs, Gnafron, qui doit organiser le réveillon de Noël, le trouve. Guignol essaie de lui faire partager cette passion du jazz « qui lui réchauffe le cœur »… C’est parti pour une histoire très enlevée où nous faisons aussi la connaissance de M. Fripouille,  propriétaire roublard et malhonnête du club de jazz, où salière et casseroles swinguent, où tests ADN et coups de bâtons se côtoient tout comme les allusions à l’Histoire et à l’actualité…

Flore GoubeauGustave Amoureux et Alexandre Chetail manipulent et donnent leurs voix à tous les personnages, Patrick Guillot assure la partie musicale. Emma Utges et Philippe Séclé ont apporté leur expertise à la mise en scène. Sabine Courbière a fabriqué de nouvelles marionnettes. Quant aux somptueux décors, ils sont l’œuvre de Charles Auburtin. Le tout est mis en lumière par Marie Vuylsteker

Mêlant habilement la thématique du film « Autour de minuit » et la venue de Joséphine Baker à Lyon, tout en respectant les incontournables du théâtre de Guignol, le spectacle parle à tous les publics. Les enfants ont ri de bon cœur, poussé des oh ! et des ah !, appris en images les origines du jazz, accompagné le final. Les amateurs de jazz  ont reconnu quelques standards, apprécié les compositions originales et la voix de Mama Swing. 

Pour conclure, laissons la parole à Guignol : « Le jazz, c’est typiquement lyonnais… Le jazz, c’est la spontanéité, l’improvisation, la liberté, le métissage ! »

 

Merci à Baptiste Philibert pour les photos

Ont collaboré à cette chronique :

X