(73) SavoieBatÔjazz

20/06/2020 – Présentation de saison BatÔjazz

Le samedi 20 juin à Chanaz, au lieu dit « le Fort » (montée du Fort) Dominique Scheidecker, programmateur du festival, avait donné rendez vous aux amoureux du Jazz, à la Presse et aux élus locaux pour la présentation  de la saison 2020 du Festival BatÔjazz. Cet événement d’habitude assez courant revêt ici un caractère de singularité qui mérite le détour.

Si habituellement vous ne faites que longer les quais, vous manquez comme moi le dédale de ruelles anciennes qui méritent cependant la visite. Cette fois, nous nous sommes retrouvés une cinquantaine de personnes, dans une ambiance estivale, devant le podium accueillant dressé pour l’occasion, une table achalandée pour l’apéritif d’aprés… et quelques belles affiches du festival (l’âne non bâté mais rigolard de cette année, a une gueule rigolote ! Encore une affiche signée de Bruno Théry)

Dominique  a  évoqué les difficultés actuelles qui touchent bien sûr le monde du spectacle, pour souligner face à la lourdeur des grosses machines qui ont du fermer boutique pour l’été hélàs,  la souplesse de petites structures comme BatÔjazz, avec ses bénévoles et ses initiatives.

(PS : la bière locale « Bière en Biez » a édité une version spécial BatÔjazz 2020)

Bref, nous aurons bien un festival  de jazz cet été en Savoie. Et l’objet de notre rencontre était la présentation  des divers musiciens qui vont se produire pour les 19,21 et 28 août dans quelques « chateaux  » de Savoie: les BatÔjazz’pérÔ , avec quelques dégustations des crus de la région et les  concerts en BatÔjazz les 4, 5 et 6 septembre. Nous avons pu avec plus de détails apprécier l’excellent teaser, réalisé par Olivier Peysson, de cette prochaine édition:  https://youtu.be/sfVXSXFwu4c .

Pour l’heure notre apéro jazz a été soutenu par deux musiciens de la région: Alfio Origilio au clavier et Matthieu Scheidecker à la batterie. Il y a eu hier en fin d’aprés midi du Herbie Hancock dans l’air. Aux drums, les tempis plutôt binaires ont roulé de manière convainquante (et le blanc de Savoie n’y était pour rien). Aux claviers, le Thrust de 74 chaloupait grave. Définitivement en avance , aérospatial, exploratoire.

De quoi avoir envie de frapper dans les mains et danser…

Toute la programmation de BatÔjazz 2020 est dans l’agenda et sur www.batojazz.com

Merci à Dominique Scheidecker pour ses photos

Ont collaboré à cette chronique :

X