(38) IsèreJazz Club de Grenoble

09/01/2020 – Jens Loh Trio & Laura Kipp au Jazz Club de Genoble

Ce jeudi 9 janvier , le Jazz Club de Grenoble accueillait pour son premier concert de l’année Jens Loh à la contrebasse, William Lecomte au piano et Eckhart Stromer à la batterie. Ce trio accompagnait la jeune chanteuse Laura Kipp.  La musique de la plupart des morceaux de ce concert a été composée par Jens Loh et les textes ont été écrits par Laura Kipp.

C’est le trio  seul qui entame le premier set avec Clish Ay, un thème d’introduction avec un joli swing qui permet  au pianiste  William Lecomte  et au batteur Eckhart Stromer de commencer à montrer de belles capacités d’improvisateurs.

C’est au tour de Laura Kipp d’entrer sur scène avec le thème Still, une superbe introduction au piano pleine de musicalité et de sensibilité, puis la magie opère avec la très belle voix pure et pleine de délicatesse de Laura Kipp qui pour moi n’est pas sans rappeler celle de la regrettée Eva Cassidy.  Comme nous le dit Laura Kipp c’est dans les ballades avec notamment Quiet Land que le travail commun entre Jens Loh et Laura Kipp prend tout son sens, les paroles mettent en valeur la mélodie et vice versa, un vrai plaisir pour les oreilles, et qui mériterait une plus grande diffusion tant ce thème notamment correspond aussi à l’air du temps.

Le premier set se termine sur Nardis, le thème de Miles Davis superbement interprété par le trio de Bill Evans, et cette fois-ci il est arrangé par William Lecomte.  C’est Jens Loh qui entame le morceau, il fait chanter la contrebasse en utilisant fort à propos les harmoniques de l’instrument.  Puis c’est au tour de William Lecomte de se lancer dans une improvisation pleine d’originalité sans pour autant se départir d’une grande musicalité, les notes coulent comme un flot impétueux que rien ne semble pouvoir arrêter.  L’énergie développée par ce trio bien aidée en ça par le groove et la précision d’Eckhart Stromer est impressionnante et le public a pu manifester à la fin du morceau son enthousiasme.

Le deuxième set débute avec S’goed, niet goed, bon pas bon en hollandais, en hommage à Marius Preda, un musicien qu’a bien connu Jens Loh lors de ses études musicales et qu’il admire. Un morceau avec un bel arrangement, pas de paroles mais de belles notes tenues au chant qui s’intègrent parfaitement  à la mélodie. Avec All We Ever Tried la contrebasse et la voix sont  rejointes par William Lecomte au clavietta, un très beau trio qui se suffit à lui même, moment magique notamment dans les passages contrebasse/voix.  Que ce soit avec Stevie, morceau syncopé , Good Night une ballade ou Sassy, je suis impressionné par la richesse des orchestrations , toutes différentes et en même temps  par l’unité qui s’en dégage. Le set se termine par un bis bien sur, un blues Mr P où tous les musiciens ont pu s’exprimer.

Quel beau groupe nous avons eu pour débuter l’année au Jazz Club, c’est un très beau projet que ce bien nommé « Quiet Land » qui j’espère sera bien vite concrétisé par un CD.

Ont collaboré à cette chronique :

X