(69) RhôneHôtel Royal

13/01/2020 – Une carte blanche à Camille Thouvenot à l’Hôtel Royal (Lyon 2ème)

C’est dans les fauteuils rouges, du bar rouge de l’hôtel Royal, place Bellecour, qu’il convient désormais de se retrouver, les lundis à l’heure de l’apéritif et au-delà pour déguster des duos tendres piano/voix. Camille Thouvenot puisque c’est lui a désormais carte blanche pour faire appel, principalement aux copines, mais pas que… Une première il y a presque une année déjà, Camille invite Cindy Pooch, ça marche et le rendez-vous devient régulier même s’il reste pour l’instant un brin confidentiel (ah la com !).

Evidemment bien sûr pour ces conditions d’accueil tout dépend des hôtes du moment, qu’ils soient venus pour la musique, pour discuter affaire, pour les derniers potins ou qu’ils soient là peut être un peu par hasard, alors l’écoute varie beaucoup. Et comme il n’est pas question de pousser les potards on doit prendre la musique ainsi, le jazz retrouve la crèche de sa prime jeunesse dans les bars. Nos musiciens jouent le jeu et ne trichent jamais, l’envie de partager et le plaisir d’une rencontre demeurent intacts. Et c’est suivant l’âme de chacun des invités que l’ambiance sera tendre, voir nostalgique ou délurée un peu et que le répertoire s’orientera ; il reste très principalement dans le catalogue commun des célébrissimes standards du jazz ou de quelques chansons dont on donnera une vision un peu plus bleue que celle des originaux, il est définitivement question de couleurs… Camille Thouvenot, exclusivement pianiste pour ces soirées, s’adapte quoi qu’il en soit, tel un Real Book infini, il connait tout, s’entendre sur le tempo et la tonalité, il sert assurément. Le dress code est classieux pour l’occasion, les talons hauts et les robes gracieuses, Camille a son gilet, son chapeau quelque fois, ils sont toujours élégants. Lisa Caldognetto amènera un peu de fantaisie, Jean Manuel Miquel redonne son Chet Baker, Claudine Pauly ses chansons plutôt françaises et Jessica Martin Maresco l’émotion viscérale troublante d’une Eleanora Fagan immortelle. Lou Rivaille est annoncée puis, elles et ils reviendront sans doute et d’autres encore, notre pianiste a le goût sûr et généreux pour nous faire connaitre de belles personnes, on peut compter sur lui…

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X