(69) RhôneHôtel Royal

02/03/2020 – Camille Thouvenot et Jessica Martin Maresco à l’Hôtel Royal (Lyon 2ème)

Temps pluvieux sur cette fin d’après-midi d’un lundi maussade, et oui c’est encore l’hiver, mais la chaleur rougeoyante du Bar de l’Hôtel Royal nous accueille douillettement ce soir, profitons-en d’autant plus que, le lundi, les concerts de jazz à Lyon sont rares (*).

Depuis quelques mois le directeur des lieux donne carte blanche au pianiste Camille Thouvenot pour un duo renouvelé chaque lundi et ce soir l’invitée est la chanteuse Jessica Martin-Maresco. Tous deux originaires du Sud de la France, respectivement Nîmes et Montpellier, « montés » à Lyon depuis une dizaine d’années, c’est la scène musicale lyonnaise qui les a fait se rencontrer.

Après une solide formation classique et lyrique, on retrouve vite Jessica impliquée comme choriste ou soliste dans des univers musicaux très variés, musique classique, opéra de Verdi, musique improvisée, opéra-jazz, elle est aussi très active dans des formations jazz- groove et pop-rock ou des projets de musique contemporaine. Les nouvelles générations n’hésitent plus à élargir leurs aventures musicales et c’est passionnant.

Camille est déjà un pianiste classique confirmé quand il vient compléter brillamment une formation jazz au >Conservatoire de Lyon. Ce solide bagage pianistique allié à ses talents de compositeur subtil s’épanouissent depuis comme leader ou sideman, en Trio, Quartet ou Formations jazz et même plus récemment à la contrebasse dans des ensembles plus groove, festifs et percutants.

En duo piano/voix à l’Hôtel Royal, dans une formule intimiste qu’on lui connaissait peu, Camille se révèle aussi un précieux, élégant, discret accompagnateur au service et à l’écoute de sa partenaire. Ils ont choisi de nous interpréter le répertoire de Billie Holiday, riche idée et nous le prenons comme un beau cadeau ! Dès le premier morceau les qualités vocales de Jessica forcent le respect. Comme me le souffle mon voisin  » elle sait tenir sa voix ! « . Finesse et émotion sont au rendez-vous dans une belle présence scénique toute naturelle. Chanteuse aguerrie très à l’aise avec la diction anglaise, elle est l’interprète sensible et crédible que réclament toutes les facettes de ce répertoire. On ne quittera que très brièvement Billie pour une chanson célèbre, choix du public, écrite par Cole Porter « My heart belongs to daddy » dans une savoureuse interprétation qui ne manquera pas de faire remonter le souvenir d’un certain film de George Cukor ; Cela ne vous rappelle rien ce  » Mon coeur est à papa, you know, le prop’piétaire . . . ?! « .

En trois sets de quarante minutes ces deux-là nous auront « balladé » toute la soirée avec beaucoup de conviction et une belle aisance dans l’âme amoureuse, pointante ou déchirante de celle qui était surnommée Lady Day, la grande Billie Holiday. C’est avec des artistes aussi généreux, raffinés et pétillants qu’une telle soirée vous chasse d’un lundi maussade et vous relance vers une semaine plus rougeoyante !

Les mélomanes lyonnais sont gâtés, . . . grand merci à « Nîmes et Montpellier » !

Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas, le Bar de l’Hôtel Royal peut vous accueillir aux prochains Lundis Jazz. On peut faire confiance aux choix de Camille Thouvenot, il a prévu d’y inviter Camille Martin, puis Elina Jones, Lou Rivaille, etc . . . vous trouverez tous les détails dans l’agenda Jazz-Rhône-Alpes.com ( colonne de droite sur la page d’accueil et avec le tri possible par département c’est encore plus rapide ). Vous saurez aussi y repérer les prochaines sorties live des autres projets de nos deux enchanteurs du soir : Camille Thouvenot avec Zazacam le 17 mars au Sirius, Place Sathonay début avril avec Le Foolish Ska Jazz Orchestra nouvelle version ( Jessica y est aussi la chanteuse ) ; Jessica Martin-Maresco avec L’Attracteur Etrange pour un Sound painting, surprenante improvisation collective, le 3 avril à l’Opéra Underground de Lyon, dans le projet Furvent du Grand Sbam récemment enregistré et bientôt en live, ou bien au Théâtre de la Croix-Rousse en novembre dans un projet avec le pianiste et compositeur de jazz américain Uri Caine et bien d’autres dates.

(*) « La Clef de Voûte » place Chardonnet dans le 1er est l’un des rares clubs à proposer des concerts le lundi, une quasi-exclusivité.

Ont collaboré à cette chronique :

X