(38) IsèreJazz'Alp

12/03/2020- Just Friends of Calade à Jazz’Alp

Le jazz ne s’adresse pas qu’aux « grandes personnes ». Bien au contraire il est impératif de le proposer aux jeunes générations abreuvées de toutes sortes de musiques et quasiment jamais de celle qui nous intéresse. Jazz’Alp l’a bien compris et profite de la présence d’une classe de neige sur son territoire pour l’inviter à un concert donné en partie par ses encadrants.

Il s’agit en cette fin d’après-mid d’un concert didactique présenté devant une petite centaine de gamins de dix à quatorze ans et leurs accompagnateurs où le bassiste Thomas Seyssel prend une posture de prof et explique les codes du jazz : swing , harmonie, grille, mélodies, improvisation, …

Yves Desjardins est au piano et improvise sur une grille en do mineur devant sa classe « au taquet ». 

Une fois les bases posées nous allons faire un tour au pays du jazz au travers d’une dizaine de morceaux.

Bonne pioche, on commence avec Speak no evil de Wayne Shorter.

On bascule sur un genre plus rock avec Leroy, the magician de Gary Burton. L’occasion de présenter le thème à la clarinette.

Autre style histoire d’explorer les différents genres Captain Marvel de Chick Corea en mode latin.

On change encore avec une valse, une musique à trois temps et ce sera It’s à Raggy waltz de Dave Brubeck. 

On grimpe dans le tempo avec The chicken de Peewee Ellis immortalisé par Jaco Pastorius. Histoire de montrer que le jazz n’est pas une musique « ringarde » et revêt de nombreux aspects.

Arrive le moment tant attendu du morceau qui évoque le train* et ça sera J’entends siffler le train de Richard Anthony réarrangé à la sauce jazz par le bassiste et transformé en bossa.

Retour à un standard avec Nostalgia de Fats Navarro

Well you need’nt de T. Monk avec une intro très hip hop pour faire plaisir à la jeune classe qui en réclamait.

Final avec Strasbourg Saint-Denis du regretté Roy Hargrove.

Avec ce choix très éclectique et personnel le quartet aura permis de faire survoler en partie les potentialités du jazz à ces jeunes oreilles. Espérons qu’il en restera quelque chose.

Yves Desjardins : clavier  ; Philippe Mercier: sax ténor, clarinette ; Thomas Seyssel: basse, explications ; Tom Bain: batterie

*: à l’occasion du redémarrage du train de la Mure (voir ici le reportage de l’émission Des racines et des ailes) le festival a suggéré à chaque groupe de proposer un morceau sur la thématique du train afin d’en faire un CD, contribution du festival à cet événement.

Ont collaboré à cette chronique :

X