(01) AinLa Ferme à Jazz

02/10/2020 – Mario Stantchev & Lionel Martin « Jazz before jazz » à La Ferme à Jazz (Bourg-en-Bresse)

Couleur Caraïbe avec « Jazz Before Jazz »

Malgré un temps pluvieux, les lourdes contraintes du protocole sanitaire dans un contexte général pas très euphorique, une trentaine de seniors sont venus au concert donné à «La Ferme à Jazz  par Lionel Martin(saxophones) et Mario Stanchev (piano) sur des musiques de Louis Moreau Gottschalk.

Louis Moreau Gottschalk (1829-1869) est un compositeur et auteur né à la Nouvelle Orléans dont les œuvres sont inspirées essentiellement par la Caraïbe et la Nouvelle Orléans. Sa formation musicale s’est faite au Conservatoire National Supérieur de Paris.

Lionel Martin et Mario Stanchev ont remit en lumière cette musique chaude, rythmée, chaleureuse à la tonalité caraïbe évidente. C’est la base de ce projet « Jazz Before Jazz » qu’ils ont créé il y a plusieurs années  et dont quelques concerts ont été chroniqués dans les éditions de Jazz-Rhone-Alpes.com.

Nous avions déjà entendu ce « Jazz Before Jazz » il y a cinq ans à l’occasion de la « Jazz Day » (30 avril) mais dans un contexte tout autre puisque c’était à la maison d’Arrêt de Villefranche sur Saône…

Dire que l’ambiance était très différente est une évidence, pour ce 2 octobre à « La Ferme à jazz ». Ce fut bon enfant, à Villefranche c’était dynamique et émouvant, laissant un sacré souvenir pour les chroniqueurs comme pour les musiciens.

Les deux sets du concert de ce soir ont symbolisé un « redémarrage », puisque il ne s’est rien passé depuis le 8 mars dans cette salle, plutôt qu’une reprise de saison comme chaque année au club bressan depuis quarante ans.

Le concert fut donné en « acoustique intégral » (sans aucune sonorisation) et  il s’est avéré que ce fut tout à fait excellent dans cette salle à la jauge très raisonnable d’une centaine de places.

Pour une fois il y avait un régisseur lumière ….un vrai, Alexandre Chapeland (il est en formation BTS Audiovisuel au Lycée de Villefontaine) donc pas un éclairage type « Boum d’ados » dans le  garage des parents. Une belle prestation d’Alexandre que nous tenons à saluer pour cette réalisation.

Durant cette soirée nous avons rencontré Jacques Seigneret, président de « Jazz à Fareins » qui nous faisait part de ses incertitudes, liées es aux différentes directives sanitaires anti Covid 19, pour que fin novembre puisse se dérouler sa dix-septième édition dans son format habituel de quatre jours.

Réponse d’ici une dizaine de jours, mais formons le vœu que cette importante manifestation culturelle puisse malgré tout se tenir dans le cadre d’un compromis satisfaisant tant pour les organisateurs que les artistes et le public.

Prochain concert dans cette salle le 16 octobre avec le « Sextet and the City »

 

Ont collaboré à cette chronique :

X