(38) IsèreJazz en Bièvre

09/10/2020 – Naïssam Jalal Trio à Jazz en Bièvre

Jazz en Bièvre démarre sa saison, en invitant le trio de Naïssam Jalal.

Naïssam Jalal, flûtes, ney et voix, est entourée de Claude Tchamitchian, le contrebassiste franco arménien, un compagnon de route de longue date, son tonton comme elle le présentera plus tard dans la soirée, et le jeune pianiste Enzo Carniel, leader de son propre quartet appelé « House of Echo’. C’est la première fois que ces trois-là joueront ensemble sur scène.

Le set débute avec Al Leil, La Nuit un morceau de l’album « Quest of the Invisible » sorti en mars 2019. C’est une intro à la contrebasse, frottement des cordes avec l’archet puis avec les doigts habiles de Claude Tchamitchian rejoint par le pianiste, sobre. Ce premier morceau, métaphore de la douceur et tendresse, nous entraîne dans l’ambiance créative de Naïssam Jalal. C’est une marche longue et hypnotique soulignée par son interprétation au ney puis à la flûte.

Avec Le chant des nuages se tisse encore l’histoire. Le fredonnement à la flûte, les petits cris de vie et le sourire méditatif de Naïssam, dessinent l’univers de ses créations d’influence orientale, poétiques mais aussi ambiguës. Cette même ambiguïté est grandement présente dans l’intro au piano du morceau Al Reda, mot que l’on peut traduire par « acceptation ». L’acceptation est ici une fureur contenue, une intense émotion traduite par les notes et les sons.

C’est un moment précieux que nous vivons ensemble ce soir. Chaque pièce est faite pour que brillent tour à tour le piano, la contrebasse, la voix et les flûtes de Naïssam Jalal.

Le concert se terminera avec Ivresse. L’ «Ivresse», c’est respirer, chanter une tendre mélopée et c’est aussi l’ivresse poétique et spirituelle qui réunit ces trois musiciens.

En rappel, l’ultime morceau Prière  est une invocation « O Dieu protège moi de moi-même ». Cette courte et poignante aria spirituelle laisse le public sans voix, subjugué.

L’ambiance COVID est oubliée ce soir, le temps de ce concert pour la centaine de spectateurs auditeurs attentionnés et attentifs. Merci à toute l’équipe de Jazz en Bièvre.

Ont collaboré à cette chronique :

X