(42) LoireRhinoJazz(s)

10/10/2020 – Piers Faccini Quintet au Rhinojazz(s) au Théâtre de Couzon

Le théâtre du Couzon à Rive-de- Gier est une véritable salle de spectacle. A ce titre et en respectant les consignes désormais classiques il peut maintenir la programmation de concerts. Ce qui fait l’affaire du Rhinojazz(s) … et la nôtre.

Le public a répondu présent et la salle est quasi pleine (avec un siège libre entre chaque groupe de spectateurs).

 

Le concert débute dans le noir tandis que la violoniste alto Séverine Morfin, la violoncelliste Juliette Serrad et Piers Faccini prennent place.

Une voix de velours, une mélodie toute calme. Le ton du concert est donné, on est dans un régime feutré. Pas d’énervement.

Sur le morceaux suivant arrivent Malik Ziad joueur de guembri -voire de mandole-  puis le batteur et percussionniste Simone Prattico (excellent dans la variété de son jeu). Ça ne change pas la donne. Tout est encore calme.

 

Nous apprenons que ce soir Piers Faccini nous présente pour la première fois son projet en quintet « Shapes of the fall ». Projet qui part d’un constat d’une chute de certaines de nos valeurs.

D’où ces premiers morceaux pesants et calmes.

Puis on se réveille avec un chant en napolitain qui rappelle les origines du chanteur. On continue les pérégrinations en faisant un tour musical par le Maghreb avec Duna (la vie).

Ainsi se poursuit ce concert, une ambiance folk qui puise dans des répertoires et styles du pourtour de la Méditerranée. C’est flatteur à l’oreille. La voix de Piers Faccini y est pour beaucoup, les arrangements pour le quintet et la diversité des instruments y concourent.

Piers Faccini visiblement heureux de cette prestation en public conclut « J’espère que ça vous a plu, moi ça va. C’est frais mais c’est bien ». Alors, que rajouter ?

 

 

Piers Faccini: guitare, voix, harmonica ; Simone Prattico: batterie, xylophone ; Malik Ziad: guembri, mandole ; Juliette Serrad: violoncelle ; Séverine Morfin: alto

Ont collaboré à cette chronique :

X