(69) RhôneJazz Club Saint Georges

18/10/2020 – Trio Anastazör au Jazz Club Saint Georges

Ce petit jazz club du vieux Lyon a eu le nez creux de centrer sa programmation sur les débuts de soirée où les fins d’après-midi. En cette période de couvre-feu cela lui permet de maintenir les concerts annoncés.

Ironie de l’histoire ce premier dimanche du couvre-feu nous découvrons le Trio Anastazör qui nous vient de Tours et que nous aurions du voir ici-même le dimanche 15 mars dernier soit le lendemain de la mise en place du confinement. Ce groupe aurait-il un chat noir?

Qu’importe aujourd’hui c’est bon et le Jazz Club Saint Georges est complet (dans les règles de distanciation sanitaire, il va sans le dire). Et nous attendions du swing manouche comme annoncé. En fait après quelques morceaux du genre (Tears de Django , Si tu vois ma mère et Moulin à café de Sydney Bechet),  nous découvrons un trio versé dans la musique tzigane, celle des Balkans, de la Serbie, de la Roumanie. celle des musiciens qui parlent et chantent en Romanès, la langue des Tzyganes. Une musique rythmée, à boire et à danser. Des chansons où il est question de la femme aimée ou idéalisée. Beaucoup de sentiments au travers de ces seize cordes (deux guitares et une contrebasse). Paul Kurkdjian chante dans la langue. On s’y croirait. De nombreuses chansons sont de Šaban Bajramović, le roi du genre. Une star chez lui.

Nous découvrons un répertoire qui se partage entre reprises de ces pays, quelques compositions qui s’intègrent parfaitement au contexte et des valses (bien sûr).

Un trio très homogène où les deux guitares, pompe et lead, s’équilibrent parfaitement. Derrière la contrebasse au jeu particulier, « très balkanique » accompagne comme il se doit.

« … et à la sécurité Jacky (le chien, héritier de Milou) qui est en mode soft ce soir »

Pour le rappel nous avons droit à une reprise de Esma Redžepova toute aussi célèbre que Šaban.

Au final un public heureux d’avoir pu s’oxygéner la tête et les oreilles avant de rentrer fissa chez soi dans les délais imposés.

 

Paul Kurkdjian: guitare, voix ; Sylvain Prince: guitare, chœurs ; Pablo Burchar: contrebasse

 

Ont collaboré à cette chronique :

X