(69) RhôneJazz Club Saint Georges

05/09/2020 – Mama’s Good Fellows au Jazz Club Saint Georges

Je me souviens : le 14 mars dernier j’assistais au dernier concert en live avant le confinement et c’était au Jazz Club Saint Georges (voir ici), durant le concert nous apprenions les mesures exceptionnelles qui allaient mettre un terme provisoire à toute forme de jazz vivant pendant des mois. Triste !

Ce soir le Jazz Club Saint Georges ré-ouvre… je me devais d’y être.

C’est la « rentrée des classes » au club du Vieux Lyon.
Pour être sûr d’avoir une bonne note Roger a programmé un groupe de blues « efficace » … et de l’agglomération viennoise qui plus est, le Mama’s Good Fellows qui se présente comme un groupe de Chicago Blues dans le respect de la tradition.

Pour éviter le bonnet d’âne le club a mis au point un protocole sanitaire drastique: nettoyage des mains à l’entrée ; port du masque OBLIGATOIRE ; sens de circulation (entrée – sortie différentes), pas de service au bar ; un seul set d’une heure et demie pour limiter les croisements dans l’escalier ; Roger a dévalisé un grossiste en plexiglas : il y a des écrans partout même entre le public et la scène. Étonnant ! Ce n’est pas gênant pour le public mais les musiciens s’y voient comme dans un miroir avec les éclairages de scène. Bref la sécurité des personnes est prise très au sérieux au Jazz Club Saint Georges.

Bilan, et suivant en cela les indications du Premier Ministre affichées dans l’entrée du club, la distanciation physique n’est plus prise en compte.

C’est donc une salle comble qui goûte à ce blues « roots ».

Deux guitares devant : Mathieu Tessier (Daddy MT) et Marlène Tessier (Miss MT) et croyez moi ça tricote grave, les deux chantent aussi, avec de l’âme, des tripes et de la sueur. Que du bon.

Olivier Lombardi à la basse et Guillaume Coplo à la batterie complètent le dispositif.

Ils jouent essentiellement leurs compositions et ça ne nous dépayse pas, « on s’y croirait ».

Sur I thank you babe le public est vraiment embarqué, ça applaudit, ça danse sur les chaises, ça crie. Grosse ambiance. La ventilation est prise en défaut (si elle existe), on prend quelques degrés dans la salle.

Plus le concert avance plus Daddy MT est inspiré. Sa guitare vibre sous ses doigts, la voix s’affirme, le band le soutient et à eux quatre ils nous offrent un formidable moment de partage.

Public super chaud et ce, jusqu’au rappel avec encore une de leur compositions.

 

Ce Mama’s Good Fellows ne déparerait pas dans une Nuit du Blues au Rhino, à Vaulx ou encore à Vienne (on se rappelle de la surprise créée par les Mountain Men au Théâtre Antique il y a déjà quelques années).

Ont collaboré à cette chronique :

X