(69) RhôneLe Périscope

26/01/2021 – Jayve Montgomery, Edward Perraud & Michel Molines au Périscope

Quinzième édition pour The Bridge, concept qui propose des rencontres impromptues et « fait le pont » entre musiciens d’ici et de là-bas. Rencontres où l’improvisation est de mise.

Ce soir Jayve Montgomery, saxophoniste et flûtiste chicagoan représente le « Nouveau Monde ». Il est venu à l’invitation du batteur et percussionniste Edward Perraud.

Edward Perraud est l’un des batteurs emblématiques de la scène jazz expérimentale française. On le connaît au sein de « Supersonic », de « Das kapital », du duo avec Élise Caron, … il se dit en phase avec ce projet de Bridge, avec de belles vibrations qui le happent littéralement. D’autant plus qu’il se retrouve dans ce qu’il appelle la « mythique salle du Périscope ». Comment dit-on cocorico ! en Lyonnais ?

Il a rencontré Jayve à Chicago et avait été impressionné par une performance de celui-ci.

Le concert débute en duo Edward et Jayve.

La flûte tout d’abord puis le ténor. Un gros son mat et profond qui vous prend aux oreilles et aux tripes. Edward comme à son habitude fourmille d’astuces et de précision dans son accompagnement. Clochettes, petites cymbales qui sont frottées, claquées, raclées. La batterie n’est pas exploité de façon « classique », peu s’en faut.

La magie opère, les deux musiciens improvisent, les instruments se superposent, ils s’accompagnent, s’éloignent. Une musique de l’instant, inventée là, pour nous.

Arrive Michel Molines qui a découvert ses équipiers dans l’après-midi. Il entre dans la danse et sa contrebasse vient compléter le dispositif. L’énergie monte et descend. Les rythmes varient au gré des humeurs. Les trois sont concentrés sur le présent et l’immédiat futur.

C’est toujours impressionnant d’assister à ce numéro d’équilibristes des notes.

Seul bémol le format est trop court (45 mn). On en redemande !

Ont collaboré à cette chronique :

X