(69) RhôneOpéra de Lyon

08/05/2021 – Salsa au Péristyle de l’Opéra de Lyon

Ma promenade de santé, sous le soleil, la presqu’île, les Terreaux, l’Opéra, des riffs, une batterie… ça joue au péristyle ? mais qu’est-ce donc ?

Là où nous avons passé de longues soirées entre amis, verres en mains pour le plus long des festivals estivaux réservé au jazz et pendant plus de dix années… Un trio s’est installé devant les vitres de l’atrium, ils essaient quelques formules bien funky, une basse lascive, une guitare toute en riffs harmoniques appuyés et une batterie incisive qui ne se contente pas d’une seule figure rythmique ; quelques danseurs d’hip hop suivent ce tempo qui leur convient. Et puis tout à côté, ils s’installent, des percussions, des claviers, un ampli et des visages connus d’un gang latino et de jazzeux authentiques que nous aimons écouter : Mongo Son. Ceux du spectacle qui ont investi l’opéra ont mis en place une sono, quelques câbles aussi ; après quelques tests, le concert « sauvage » peut débuter. Une militante annonce les conditions dans lesquelles ce moment est rendu possible, rappelle les revendications puis l’homme des timbales donne le tempo, la sauce peut prendre. Les musiques latines sont par définition festives, la salsa fait bouger les corps qui se rapprochent immanquablement. Là devant les musiciens, debout même si beaucoup portent le masque toujours de rigueur, on sait que les sourires sont revenus et les danseurs ne tiennent plus, ils savaient déjà que la musique live serait à ce rendez-vous…

Mongo son : Miguel Olmo-Hernandez: timbales, direction ; Aymel Gomez, Yoel Viso-Valdez: voix ; Salavtore Staropoli: contrebasse ; Aurélien Joly: trompette ; El Chato: bongos ; Joachim Expert: clavier ; Yadniana Ming Daisson; voix, clavier ; Wienmer: percussiosn ; et d’autres qui sont venus se greffer ponctuellement au gang.

Ont collaboré à cette chronique :

X