(69) RhôneLes Nuits de Fourvière

15/06/2021 – Nuit du jazz italien aux Nuits de Fourvière

Emotions et flamboyances italiennes

Le Grand Théâtre de Fourvière accueillait la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’était pas pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stefano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Pour son 75ème anniversaire, la programmation des Nuits de Fouvière 2021 avait prévu la venue du trompettiste Enrico Rava,  finalement empêché en raison du contexte sanitaire. L’absence de cette figure essentielle et historique du jazz italien a été regrettée par les amateurs de jazz italien. Cependant, la nouvelle affiche proposée par l’équipe du festival leur a permis d’écouter en première de partie de soirée, deux autres grands représentants du jazz transalpin, le pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. Les jazzophiles friands de jazz italien en étaient réjouis par avance, les autres ont découvert avec bonheur le jazz sensible et inventif du duo. La deuxième partie de soirée a comblé l’ensemble du public avec une prestation flamboyante et lyrique du quartet du saxophoniste Stefano Di Battista entouré comme sur son album « Morricone Stories » du pianiste Fred Nardin, du contrebassiste Daniele Sorrentino et du batteur André Ceccarelli.

 

Le jazz sensible et inventif de Giovanni Guidi & Luca Aquino

Sous un ciel bleu serein, le duo constitué de Giovanni Guidi (piano) & Luca Aquino (trompette et bugle) commence son concert devant le public des gradins du Grand Théâtre et celui de l’orchestre aménagé comme la salle d’un club de jazz, avec petites tables et chaises à dossier sur les marches basses de marbre et tables hautes avec tabourets de bar devant la scène.

Le duo complice invite spectateurs et spectatrices à le suivre tout au long des quarante cinq minutes d’une suite qui enchaîne joutes soutenues et ballades délicates. Les musiciens les entraînent dans leur Wonderful World et escaladent Over The Rainbow. Ils empruntent chemins escarpés ou sentiers romantiques et convoquent l’astre solaire avec des citations du thème des Beatles, Here come The Sun.

Piano tumultueux, lyrique ou cristallin. Fulgurances de la trompette, bruitisme du bugle. Les moments se succèdent, les lignes musicales du piano et de la trompette/du bugle se croisent. Les ambiances varient et le dialogue est riche. Soli intenses et poignants, prouesses techniques ou comptines délicates, tempo étiré ou rythme soutenu.

Une osmose parfaite s’établit entre le public attentif et le jazz d’atmosphère proposé par le duo dont les échanges modernes débordent d’inventivité. Une escapade italienne qui tient le public en haleine. Une suite sensible qui fait respirer le silence.

 

Le jazz virtuose, lyrique et flamboyant de Stefano Di Battista 4tet

La chaleur est tombée et un climat serein règne sur le Grand Théâtre quand le quartet de Stefano Di Battista s’installe sur scène dans un format resserré. Côté jardin, le piano tenu par Fred Nardin. En milieu et sur le devant de scène, le saxophoniste joue en avant de la contrebasse de Daniele Sorrentino et en grande proximité de la batterie du maître André Ceccarelli situé côté cour.

Moitié français moitié italien, le quartet va revisiter en jazz, dix thèmes d’Ennio Morricone et reprendre la majeure partie du répertoire de l’album « Morricone Stories » enregistré en hommage au grand Maestro italien et sorti en avril 2021 chez Warner Music.

Le concert commence avec une brève version de Cosa avete Fatto a Solange ? qui permet d’apprécier la souplesse du soprano et le phrasé délié du piano. L’atmosphère s’alourdit ensuite avec une version du thème principal de Peur sur la ville. Après avoir sifflé le thème, Stefano Di Battista embouche le soprano alors que la section rythmique et le piano martèlent le rythme avec force. Le saxophone virtuose fait naître une impression de course éperdue dans la nuit sombre. Le registre grave du piano suggère la prégnance du danger mais le saxophone véloce explore le registre aigu et calme le jeu. Le quartet enchaîne avec La Cosa Buffa. Avec souplesse, le soprano rejoint le piano dont le toucher délicat et un solo inspiré déclenchent une salve d’applaudissements. Accompagné par le jeu tout en suspension des balais sur fûts et cymbales de la batterie, le chant désespéré du soprano sait se faire caressant et,après un retour au thème, le morceau se termine sur une fin interrogative.

Le groupe enchaîne avec Veruschka sur lequel le leader embouche son alto. Très concentré, Stefano Di Battista s’évade dans un chorus riche en nuances et d’une virtuosité inouïe. Il engage le quartet dans un tourbillon de notes puis passe le relais à Fred Nardin dont le chorus enflammé est porté par une rythmique imperturbable. Stimulé par ses échanges avec le piano, l’alto s’envole dans de voluptueuses flamboyances qui l’entraînent au firmament et déclenche chez l’audit.eur.rice une sensation vertigineuse.

Après les quatre premiers morceaux du concert, Stefano Di Battista fait part au public de son bonheur de le retrouver et exprime son émotion de remonter sur scène… « On est content d’être ici, ça fait plaisir, je me sens comme un bambino, grazie a tutti ! » Il expose ensuite le tribut que son groupe rend à Ennio Morricone, sans oublier de présenter son « quartet démocratique » composé pour moitié de Français et d’Italiens. Le soleil de Naples porté par Daniele Sorrentino, l’intelligence musicale d’André Ceccarelli et loue Fred Nardin pour ses talents d’interprète et d’arrangeur… « un pianiste incroyable qui sait aussi très bien cuisiner ! »

Le concert reprend avec Deborah’s theme, superbe ballade écrite pour le film « Il était une fois en Amérique ». L’alto expose la mélodie douce et soyeuse, accompagné par le jeu aérien des balais et celui tout en délicatesse du piano. Porté par son inspiration, le saxophoniste développe un chorus chargé d’émotion et empreint d’une infinie tendresse. Un délice musical absolu !

Sur les traces de l’alto, le quartet s’élance alors dans la course éperdue de Metti, una sera a cena. Les notes virevoltent et tournoient puis s’assagissent avant de reprendre leur rythme éperdu. Le public demeure pantois devant les glissandos soyeux du saxophone acrobate et les sautillements joyeux des notes sur le clavier qui chavire littéralement de joie. Le piano entame ensuite l’introduction de Apertura della Caccia, très vite suivi par le soprano. Rejoints par la contrebasse et la batterie, les musiciens entament une douce promenade. Après un chorus lyrique du piano, les solistes rivalisent de délicatesse, soprano dans les aigus et clavier dans les médiums au-dessus du chatoiement feutré des balais et de la contrebasse sereine.

Alors que tombe la nuit sur Fourvière, le groupe entame Il grande silencio et le climat s’assombrit. Lumineux et exalté, l’alto déploie un chorus flamboyant qui inspire au pianiste un solo éblouissant salué par les clameurs du public. Le morceau se termine en douceur et se résout dans la tendresse. Le public ne cache pas son plaisir avec des applaudissements fournis et des cris d’enthousiasme.

Avec La donna della domenica, retour au soprano. Piano et basse créent la tension avec un schéma répétitif et l’ambiance se tend plus encore avec les roulements soutenus de la batterie et les graves entêtants du piano. Les musiciens rivalisent d’invention. Solo tourbillonnant du saxophone, basse ronflante, batterie entraînante, piano férocement tonique et évocateur de la puissance du jeu d’un certain McCoy Tyner. La tension monte puis revient le rythme obsédant du thème initial avant que tout ne s’apaise.

Stefano Di Battista salue le public auquel il exprime de nouveau son émotion « formidable » et le « plaisir d’être là ». Il remercie encore le Maestro pour les cinq cent cinquante compositions qu’il a écrites tout en regrettant de n’en jouer que dix. Le leader propose de terminer le concert avec Le thème du film « Le Bon, la Brute et le Truand » et il se demande aussi où est le truand sur scène. A vrai dire, ce 15 juin sur la scène du Grand Théâtre de Fourvière, ce sont quatre merveilleux musiciens de jazz qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes et offert un concert éblouissant empreint d’émotion et de passion.

Le quartet attaque Le Bon, la Brute et le Truand sur un tempo très rapide et installe un climat modal qui débouche sur une chevauchée éperdue. Poussé par le jeu percutant de la batterie, l’altiste entame un chorus foudroyant qui explore toute la palette sonore de son instrument avant de céder la place au piano dont le toucher percussif fait merveille et chauffe l’atmosphère à blanc. La transe coltranienne n’est pas loin et les applaudissements explosent.

Les contraintes horaires du couvre-feu semblent oubliées par le public qui réclame un rappel et se voit exaucé par une reprise imprégnée de poésie et de douceur du thème Gabriel’s oboe du film « Mission ». Moment court mais précieux. Une « Nuit du Jazz italien » intense et sensible à la fois dont le public présent se souviendra avec émotion.

 

Merci à Nicole Videmann (de latins-de-jazz.com) pour le prêt de sa plume, notre chroniqueur initialement prévu ayant été empêché.

Ont collaboré à cette chronique :

X