Nous voici au terme de cette édition qui ne restera pas banale dans les annales du festival. C’est l’équipe de direction avec Samuel Riblier Directeur, Benjamin Tanguy Directeur Artistique, Thierry Kovacs, Président de l’Epic Jazz à Vienne et Maire de la ville et Christian Trouiller Vice-Président de l’Epic qui nous proposent le bilan. Après les remerciements d’usages et la liste est plutôt longue, ils évoquent les nombreuses difficultés de 2021. Elles ont été de l’ordre des reports, des annulations et des remplacements pour la programmation qui n’a été qu’une successions d’adaptations.

Sur le plan de la fréquentation, 2021 enregistre 71 000 spectateur dont 61 000 pour la scène du Théâtre Antique. Si l’on analyse ces chiffres à périmètre constant pour les éditions précédentes la principale scène a représenté 81 000 spectateurs en 2019 et 75 000 en 2018. Ce n’est donc pas si mal pour une édition qui a dû avoir lieu sur trois semaines avec des conditions sanitaires variables de l’une à l’autre et des protocoles qu’il a fallu adapter. Sans compter des conditions météo qui n’ont pas été idéales en ce début d’été 2021. Toutes ces circonstances ont dû faire hésiter des spectateurs à se rendre aux concerts.

Artistiquement la direction nous précise que de nombreux artistes, des plus grands à ceux en devenir, n’étaient pas monté sur scène depuis un an, un an et demi voir deux ans pour certains. Ce qui accentue le stress et une anxiété à reprendre. Cela ne s’est pas vu sur scène mais plusieurs d’entre eux ont confirmer le bonheur et le plaisir de revenir à la vie artistique.

D’autant plus que Jazz à Vienne a misé sur cette reprise. C’est un des plus grands festivals toutes musiques confondues qui a tenté l’aventure de ce retour. Et la Direction nous confirme son plaisir de l’avoir fait et de ne pas avoir de regrets. Surtout si la situation sanitaire venait à nouveau à se dégrader, la période de liberté que nous venons de vivre était sans doute la bonne fenêtre de tir pour cette relance. C’était donc un tour de force de monter cette édition cette année.

Economiquement, le festival à la particularité d’avoir un budget structuré de 20 % de subventions et de 80 % de recettes des entrées et des sponsors. La question se pose du bouclage du budget de cette année. La Direction ne se prononce pas encore, mais sur un budget global de six millions d’euros cette année, les recettes s’élèvent à hauteur de deux millions. L’équipe des dirigeants espère que le Ministère de la culture respecte son engagement donné en février 2021 à l’annonce de l’autorisation de festivals avec un fond d’aide pour compenser le manque à gagner.

Au-delà des résultats économiques, le festival se projette vers l’édition 2022. La première date est le 23 novembre 2021 avec le concert dessiné de cette année avec Hugh Coltman et Juanjo Guarnido qui n’a pas pu avoir lieu. A cette occasion l’affiche sera présentée et c’est la dessinatrice Audrey Spiry qui la réalisera. Viennent ensuite les dates de la saison 2021 – 2022 à Vienne au Manège et au Théâtre François Ponsard ainsi que les dates de l’Auditorium de Lyon / ONL. Nous vous invitons à consulter l’agenda. Enfin, nous découvrons quelques noms comme Jamie Cullum, reporté pour la deuxième fois, Georges Benson ou Maceo Parker, …

Ont collaboré à cette chronique :

X