(26) DrômePoët Laval Jazz

17/07/2021 – Loco Cello au Poët Laval Jazz/s Festival

En général tous les festivals de jazz réservent une surprise. Au Poët Laval, ce soir, ce sont quatre fous, quatre locos, à qui mélanger la musique classique et le jazz manouche ne fait pas peur.

Loco Cello porte bien son nom.

Étrange quatuor à corde composé de deux musiciens classiques : François Salque au violoncelle, Samuel Strouk  à la guitare et à la composition; et deux musiciens de jazz : Jérôme Arranger à la contrebasse et Adrien Moignard à la guitare.

Avec leur énergie et leur bonne humeur, ils ne s’embarrassent pas avec les étiquettes et franchissent sans complexe les frontières musicales, tout en gardant la dramaturgie liée à leur formation d’origine.

Leur répertoire fait se croiser Mendelssohn, Chopin, Django Reinhardt et Astor Piazzola. Le tout dans des compositions tirées au cordeau.

Virtuoses, ils s’amusent à déconstruire et reconstruire, leur imagination n’a pas de limite. Comme ce morceau Le rêve de Maya Flèche d’or, qui réunit les compositions de Samuel Strouk et de Django .

D’autres musiciens les inspirent : l’accordéoniste Vincent Peirani, ou Astor Piazzola dont la composition musicale sur le film Armaguedon de 1977, a été réappropriée sous le titre Seul, tous seul.

La tristesse, l’émotion que peut faire ressentir le violoncelle sont emportées soudain par l’énergie jubilatoire des guitares.

Au détour d’une note, apparaissent des accord connus, des sonorités d’Europe de l’Est ou orientale.

Dire que ces quatre-là sont fous : OUI, mais c’est pour la bonne cause ; et je ne pense pas qu’ils décevraient Django, Astor, Chopin ou Mendelssohn ! 

Ont collaboré à cette chronique :

X