(26) DrômeCrest Jazz Vocal

31/07/2021 – Emmanuel Scarpa « Might Brank » à Crest

On y croit pour cette deuxième soirée dans la cour de l’école Royannez pour le Crest Jazz, malgré la pluie fine. Jean Cazenave nous informe rapidement que le concert va certainement être annulé mais qu’il faut attendre une dizaine de minutes après l’horaire prévu. Puis, bonne nouvelle, avec l’arrêt de la pluie, le concert va avoir lieu. Il faut donc toujours y croire ! Après avoir équipé la scène d’un abri en toile, nous allons pouvoir écouter Emmanuel Scarpa à la batterie, gongs, voix, vocoder, et effets.

On est tout de suite interpellé par le musicien qui mélange onomatopées et percussions woodblock, sa caisse claire et ses cymbales. Il prononce des voyelles et monte en intensité au fur et à mesure du morceau. Le batteur poursuit à la voix enrichie d’effets d’écho sur le titre suivant. Avec son jeu sur les cymbales, il semble qu’il recherche une ambiance méditative et spirituelle. Pour ajouter de l’exotisme à son jeu, il utilise des gongs fabriqués à Wuhan en Chine et des cymbales originaires d’Inde. Ce qui ajoute un caractère oriental aux sonorités. Emmanuel Scarpa enchaîne en utilisant complètement sa batterie, mais avec un jeu inhabituel qui donne l’impression d’un contretemps permanent. Pour le morceau suivant il accélère le rythme en prononçant la phrase : « onomatopées, pas de sémantique ».

Avec cette démonstration expérimentale qui laisse une large place à l’improvisation, on comprend que le musicien joue parfois sur les tonalités et à d’autres moments sur les rythmes. Il semble mettre délibérément l’un ou l’autre en évidence pour les mettre en valeur séparément. C’est au moment où il nous propose un thème monastique du XIVème siècle que l’intensité de la pluie va imposer l’arrêt du concert pour des questions de sécurité. On commence vraiment à être dépité et frustré.

On aurait aimé en découvrir encore pour se faire une idée plus précise de cette musique expérimentale, improvisée et spirituelle. Jean Cazenave est désolé de la situation et nous dit que l’on aura essayé pour ce soir. En tout on n’aura pas de regrets. Mais c’est tout de même rageant que cette édition démarre avec tant de difficultés dues aux intempéries alors que la période est déjà compliquée avec la situation sanitaire. De nouveau, la soirée est prématurément arrêtée et nous n’écouterons pas Bai Kamara Jr en deuxième set. Même si la situation est dure pour les artistes et les festivals, on garde confiance et enthousiasme pour la suite.

Ont collaboré à cette chronique :

X