(38) IsèreJazz à Barraux

28/08/2021 – Equinox Trio, Stracho Temelkovski Quartet et Musica Nuda à Jazz à Barraux

Jazz à Barraux pour sa quatrième année retrouve ses quartiers au Fort Barraux avec une édition coupée en deux entre juin et août.

Cet endroit chargé d’histoire a un panorama incroyable. Il surplombe toute la vallée du Grésivaudan face au massif de Belledonne.

Quel magnifique lieu pour un festival.

Cela faisait longtemps que je m’étais promis de venir ici. Je ne peux m’empêcher de faire un tour sur le site avant le début des concerts, déambulant entre les baraquements, en pensant tendrement à mon arrière-grand-père incarcéré ici pendant neuf mois en 1942 pour syndicalisme.

Je n’ai pas eu la chance de le connaitre mais j’aime à penser que cet humaniste qui s’est battu toute sa vie pour ses convictions et pour les conditions de travail de ses compagnons aurait aimé l’idée d’un festival dans ce lieu magnifique.

Je suis convaincu que la musique recharge en bonnes vibrations ce lieu qui en a tant besoin après avoir été témoin de la désespérance de tant de personnes.

 

L’Equinox Trio démarre cette fin de journée en musique.

Ils poursuivent leur tournée d’été. Il y a encore quelques semaines ils jouaient à Buis-les-Baronnies dans le cadre du festival Parfum de Jazz.

Je suis heureux de les découvrir à mon tour à Jazz à Barraux.

On ne présente plus ce trio soutenu par Jazz (s) Ra avec Elodie Mam’s (piano et chant), Elie Gouleme (batterie), John Zidi (contrebasse).

Ils nous transportent avec leur musique, mélange de jazz et de Néo soul à la portée de tous les publics.

La salle Vauban remplie d’amateurs de jazz et de promeneurs venus visités le fort accueille avec bonheur cette musique et la merveilleuse voix d’Elodie.

 

La soirée se poursuit avec Stracho Temelkovski Quartet avec sa musique cosmopolite baignée de la culture des Balkans d’où vient le leader du groupe à laquelle s’ajoutent de multiples influences : l’exotisme de la sitar du Pakistan, sublimée par l’accordéon et les saxophones de ses compères musiciens.

Une grande complicité entre ses quatre musiciens et une grande virtuosité au service d’une musique pleine de vie et de générosité.

Un magnifique voyage musicale aux confins du jazz, des musiques du monde et des musiques improvisées.

Stracho Temelkovski: basse, viola, mandole, percussions, beat-box ; Jean-François Baez: accordéon ; Jean-Charles Richard: saxophones ; Ashraf Sharif: sitar

 

La soirée se termine avec Musica Nuda.

Ce duo nous réchauffe avec sa musique réduite à sa plus simple expression : une contrebasse, une voix.

Mais quelle voix !!! la voix aux accents italiens de Petra Magoni débordante d’énergie accompagnée par la virtuosité et la placidité de Feruccio Spinetti à la contrebasse.

Un duo détonant au service d’une musique épuré, reprenant des œuvres du répertoire lyrique, jazz, pop ou soul avec humour et un brin de folie.

Ces deux showmen ont enflammé le public encore nombreux malgré le vent glacial qui balayait le Fort hier en fin de soirée.

Ont collaboré à cette chronique :

X