(38) IsèreJazz Club de Grenoble

23/09/2021 – Luigi Martinale Quartet au Jazz Club de Grenoble

D’une semaine à l’autre, l’ambiance au Jazz Club de Grenoble peut être complètement différente.

Est ce parce le quartet de Luigi Martinale est multinational que la musique qu’il nous offre est aussi particulière ?

Le résultat est un grand moment de plaisir et de douceur allié à une virtuosité extrême.

Luigi Martinale le pianiste italien, est accompagné de Cocco Cantini autre Italien, au saxophone ténor et soprano, de Yuri Goloubev le Russe à la contrebasse et de Zaza Desiderio le Brésilien à la batterie.

Le jazz mélodique est à l’honneur, avec des musiciens dont la personnalité s’est mise au service des compositions originales de Luigi ou de Cocco, dont la musicalité italienne est toujours présente.

La douceur, l’élégance sont les mots qui me viennent à l’esprit pour décrire cette musique. Tous sont des musiciens exceptionnels. On retrouve la finesse de jeu, le  doigté subtile du très souriant Zaza Desiderio, batteur très sollicité dans le monde du jazz, Yuri Goloubev dont le son sourd et profond de la contrebasse sert à merveille la musique jazzy de Luigi et Cocco.

Avec son Français/Italien savoureux, Luigi nous présente les morceaux, et notamment celui composé pour sa fille Sofia, une valse paisible ou l’amour du père pour sa fille apparaît à chaque note. Il semble s’inspirer de la vie quotidienne comme avec Nicolina al mare, Nicolina étant le nom d’un chat, ou La veille de Noël, etc.

Cocco, diminutif de Stefano, donne à ses saxophones l’ampleur et la retenue indispensables à leurs compositions. Mais quand vient le moment, il s’envole vers des montagnes et des cascades d’accords réjouissants et enivrants. On a pu l’apprécier dans le dernier morceau où avec Zaza ils ont soutenu un duo batterie/ saxo de haut vol.

La cohésion et la cohérence, l’élégance et la délicatesse, voilà les maîtres mot de ce concert « feel good » !

Ont collaboré à cette chronique :

X