(38) IsèreJazz en Bièvre

25/09/2021 – Quintet Aslan & Thomas Enhco pour « Les Allées Chantent » à Primarette

Salle Plissonnier, un somptueux Steinway trône sur la scène au pied de laquelle se dressent cinq pupitres et leurs partitions. Thomas Enhco s’installe au piano. Le quintette Aslan se met en place : la flûtiste Juliette Jolain, le clarinettiste Théo Fuhrer, le bassoniste Antoine Aboyant-Billiet, la corniste Pauline Chacon et le hautboïste Lorentz Réty.

Ils commencent le concert en sextet avec Éclipse, un thème que Thomas avait créé en duo avec Vassilena Serafimova au marimba. Le pianiste s’éclipse, le temps pour le quintet d’interpréter le très contrasté quintette en forme de Choros du Brésilien Heitor Villa-Lobos, morceau aussi foisonnant et sauvage que l’Amazonie qui a dû l’inspirer. 

C’est en duo piano-hautbois que nous est offert Je voulais te dire, issu de l’album « Feather » en piano solo. Le hautbois se marie idéalement à la délicatesse du piano. Tout le monde revient pour le Divertissement op.6 d’Albert Roussel, une pièce à la fois « fantaisiste, rythmique et poétique » ! Le pianiste a même droit à un tourneur de pages…

Puis vient Breathe, le sextuor pour piano et quintette à vent, composé par Thomas pour répondre à une commande de La Belle Saison en 2020, dont le thème revient sous diverses couleurs et divers rythmes évoquant les états d’âmes et les sentiments ressentis par le compositeur pendant l’étrange période que fut 2020…

Le pianiste pose la veste ! Il est vrai que la salle bien remplie et le feu des projecteurs ont fait monter la température. Créé en trio, You’re just a ghost prend de nouveaux atours. Réarrangé en duo piano-clarinette, il garde toute son intensité originelle.

Le concert devrait se conclure par le « tube » de George Gershwin Rhapsody in Blue dans une version qui conserve la trame originale tout en se permettant de belles improvisations pianistiques.

Après une standing-ovation, ô combien méritée, les six musiciens retournent en coulisses. Thomas revient seul pour le rappel, s’assoit face au clavier, réfléchit quelques instants et attaque en douceur une superbe reprise de Can’t Help Falling in Love, la variation qu’Elvis Presley fit de Plaisir d’amour.

Présenté dans le cadre du projet « Les Allées Chantent, Un tour d’Isère en 80 concerts » proposé par le département de l’Isère, avec l’amicale complicité des bénévoles de « Jazz en Bièvre », ce concert (gratuit) a permis une belle rencontre entre le jeune prodige du piano jazz et un quintette à vent constitué à l’occasion du Concours International de Musique de Chambre de Lyon. Ce fut aussi l’occasion de (re)découvrir des thèmes qui, revisités, sont d’inépuisables sources d’inspiration pour ces jeunes musiciens qui osent abolir, avec brio, les frontières artificielles érigées par certains entre classique et jazz !

Toujours souriant et disponible, Thomas Enhco a dédicacé quelques disques et même des dessins réalisés pendant le concert par « C.Roc ». L’après-midi, il avait rencontré quelques enfants des écoles. Avec lui, le talent, la générosité, le partage sont toujours au rendez-vous…

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X