(38) IsèreGrenoble-Alpes-Métropole Jazz Festival

07/10/2021 – Quentin Dujardin Quartet invite Manu Katché pour le Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival

Vendredi soir à l’espace Paul Jargot de Crolles, Quentin Dujardin a réuni autour de sa guitare nomade trois immenses musiciens, Didier Laloy, Boris Schmidt et Manu Katché lors d’une soirée exceptionnelle pour nous présenter une grande partie des morceaux de leur dernier album, intitulé « 2020 », sorti en septembre dernier.

Le public est venu en nombre pour assister à cet événement. La salle est presque pleine pour l’occasion.

Le quartet de pointures nous embarque dans un voyage musical sans frontière qui nous fait voyager de la Belgique, la terre d’origine de Quentin Dujardin et Didier Laloy, à Madagascar, avec un détour en Bretagne, en passant par l’Espagne et d’autres contrées lointaines.

Quentin Dujardin, de formation classique, puise ses influences dans les différents voyages aux quatre coins du monde qui ont façonné son apprentissage musical auprès de communautés à la culture et à  l’identité musicale marquée : les Gitans d’Andalousie ou du Rajasthan, les Gnawas du Maroc, les Indiens Guaranis du Paraguay ou encore les Vezos malgaches.

La musique qui en résulte est intense et généreuse, très rythmée, parfois même explosive, pleine d’émotions et de sensations : un mélange de classique, de jazz teinté de musique andalouse, de folk et de blues, parfois même presque rock… un style inclassable, résolument original.

Une parfaite symbiose entre la guitare nylon et l’accordéon diatonique qui alternent des ballades  mélancoliques et des rythmiques endiablées, soutenus par la contrebasse puissante de Boris Schmidt et la batterie claquante, explosive et imprévisible de Manu Kaché avec cette fameuse précision implacable dont il a le secret.

Les morceaux se suivent et ne se ressemblent pas.

Madagascar , Une balade au travers les steppes malgaches , très rythmée, avec une guitare qui fait des vagues, un souffle.  On a l’impression de parcourir en galopant les grands espaces de l’île. Tout à coup la monture s’emballe et la batterie nous emporte.

2020 pour ne pas oublier cette année compliquée pour les artistes qui a finalement été très créative pour Quentin Dujardin, un hymne à la musique, à la joie de retrouver le public et les siens. Un blues teinté de rock où l’on retrouve la batterie faramineuse de Manu Kaché.

Val de Gore, la rivière près de Dinant où Quentin a grandi, un voyage dans son enfance. Un mélange très rythmé proche du tango, coloré par une guitare aux sonorités andalouses, entrecoupée d’un magnifique solo de contrebasse et un final sur un rythme endiablé où l’intensité de la batterie devient entêtante, avec la caisse claire claquante qui me rappelle cet air de Gainsbourg dans le film Le Pacha, requiem d’une enfance passée.

Michèle et Philippe, un hommage de Quentin à ses parents confinés en Bretagne en 2020, et qu’il n’a pas vu pendant de longs mois. Une complainte à l’accordéon soutenue par les arpèges de la guitare, avec des basses profondes, comme un souffle, une respiration, le lien à la vie à ses racines.

Alma, en hommage à la fille de 18 ans de Didier Laloy, l’âme en espagnol, son âme ; Intrépide, indomptable, effrontée comme aime à la décrire Didier, parle-t-il de sa fille ou de la musique ? Une musique très rythmée qui mélange tous ces caractères pour finir comme une crise, comme la rébellion d’une jeune adulte.

Les morceaux sont présentés par Quentin et Didier prend un moment le micro car il tient à nous rappeler son émotion et sa fierté de jouer à Grenoble, terre d’accordéon diatonique, où les deux maîtres Norbert Pignol (l’un des premiers improvisateurs sur cet instrument) et Stéphane Milleret, ont contribué, par leur collaboration, au renouveau de l’accordéon diatonique dans les années 70 avec une école de formation qui a formé grand nombre de musiciens.

La soirée se termine en apothéose avec la standing ovation d’un public conquis, suivi d’un rappel pour prolonger encore un peu cette magnifique soirée.

Un projet et un album à découvrir absolument.

Le travail remarquable de l’équipe technique aussi bien au son qu’aux lumières (David Principe, ingénieur lumière de la salle), a largement contribué au plaisir que nous avons tous pris.

La Soirée était organisée dans le cadre du 17ème Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival par le Jazz Club de Grenoble et l’espace Paul Jargot.

Une Production Lamastrock

Quentin Dujardin : guitare nylon

Didier Laloy : accordéon diatonique

Manu Katché : percussions

Boris Schmidt : Basse

Pour en savoir plus

https://www.quentindujardin.be/pages/francais/news_francais.htm

Ont collaboré à cette chronique :

X