(69) RhôneLe Périscope

09/10/2021 – The Very Big Experimental Toubifri Orchestra au Périscope

Coloré, survitaminé, déjanté, hilarant, précis, inventif, brillant….
voici quelques qualificatifs en vrac du concert de The Very Big Experimental Toubifri Orchestra ce soir au Périscope.
Mais cette équipe mérite bien qu’on y mette quelques phrases tout autour.

Le grand soir de la fin du monde nous a peut-être frôlé, l’illustration du troisième album du « Very Big » nous le fait bien penser; tel le délirant rassemblement vers une arche de Noé. Cependant cet album  s’appelant « Dieu poulet »  avant même son écoute on sait que le groupe à décidé de faire un pied de nez monumental à nos tracas et d’en rajouter une couche dans la déconnade.

On les avait quittés lors de leur belle collaboration avec le chanteur/poète Loîc Lantoine pour la présentation de leur deuxième album « Nous » présenté à l’opéra de Lyon en début d’année dernière.
On les retrouve tous: La femme à barbe, Captain Sax, la fée clochette et toute la bande pour présenter ce nouvel opus, seuls cette fois, enfin à dix-huit quand même ; pour un projet cependant plus prêt de leur univers de départ, celui qu’avait impulsé Grégoire Gensse à l’origine. Cet album lui est dédié d’ailleurs  

La grande scène du Périscope se révèle petite à dix-huit, avec en autre deux batteries, un clavier un xylophone et tout le reste ça fait du monde et de la puissance sous contrôle.
Ça commence très fort avec le premier morceau de l’album Sexe qui donne un petit aperçu de la puissance en présence. C’est déjà l’occasion à l’entame du concert d’un moment d’hystérie totale … mais parfaitement maitrisée.

Le groupe a trouvé une solution pour parler d’une seule voix, c’est de parler tous ensemble parfaitement synchronisé. C’est du plus bel effet.

Le spectacle est foisonnant, tout est possible : un chanteur de variété italienne sur le retour  peut même s’y croire, une bataille entre les deux batteurs, une explosion de confettis, les musiciens répartis dans la salle : tout est possible!    

On dit qu’un artiste est souvent un « Despote éclairé » mais alors comment font-ils tous ces despotes pour prendre des décisions et arriver à ce niveau de qualité?  

 « On n’a jamais su écrire une seule chanson, on sait toujours pas! alors on invente des méthodes interdites et très dangereuses… »
Mesdames et Messieurs surtout continuez !

Ont collaboré à cette chronique :

X