(69) RhôneHot Club

22/10/2021 – Hommage à Stéphane Rivero au Hot Club de Lyon

C’est avec tristesse que, le 14 avril dernier, nous avons, tous, appris le décès de Stéphane Rivero.

Il avait cinquante ans.

Ce contrebassiste aux cheveux longs qui affichait toujours un magnifique sourire était un musicien très actif dans la région.

C’était aussi un formidable professeur de musique. Il aimait transmettre son art avec passion et modestie.

Les conditions sanitaires, ne permettant pas de se réunir lors de sa disparition, ont fait que ses compagnons de scènes se sont promis de lui rendre un hommage dès que possible.

C’est donc ce week-end qu’a lieu cet événement.

Aux vues des réservations et du nombres d’artistes qui ont souhaité y participer, le club doit l’étaler sur deux soirées.

Pour ce premier soir, la salle est pleine et l’on peut apercevoir des élèves de Stéphane ainsi que de nombreux instrumentistes venus saluer la mémoire de leur copain.

Le frère de Stéphane, entouré de sa famille, est aussi présent.

C’est Jean-Louis Almosnino, fidèle compagnon de route de Stéphane, qui a l’honneur de présenter le déroulement de la soirée.

Il commence par dire quelques très beaux mots sur Stéphane puis nous annonce que le premier set sera joué par trois groupes. Ils interpréteront, chacun, deux compositions de Stéphane.

Mais avant tout, ce n’est pas moins de quatorze artistes qui envahissent la scène pour interpréter une composition de Stéphane sur laquelle Xavier Bozetto a écrit des paroles. 

La chanson s’appelle Clair de Lune et elle est donc interprétée par : Céline Presle (voix) ; Jane Cockell (voix) ; Romane Presle (voix) ; Féli (voix) ; Nathalie Soles (voix) Patrick Bafon (voix) ; Xavier Bozetto (guitare) ; Jean-Louis Almosnino (guitare) ; Alexis Requet (Saxophone) ; Jean-Charles Demichel (piano) ; Christophe Metra (trompette) ; Claire Fleury (contrebasse) ; Mathieu Garreau (batterie) ; Amen Paronikyan (congas).

C’est une très belle chanson sur un rythme latin.

On enchaîne sur le premier groupe, composé de : Yanni Balmel (guitare) ; Alexis Requet (saxophone) ; Julien Bertrand (trompette) ; Camille Thouvenot (piano) ; Julien Sarazin (contrebasse) ; Stéphane Ranaldi (batterie), pour le titre New Song que Stéphane avait rebaptisé Farewell (voir ici une très belle version enregistrée juste avant le premier confinement) et le serpent

Le combo suivant est composé de : Hervé Salamone (trompette) ; Julien Lemée (saxophone) ; Michel Reyes (trombone) ; Wilhem Coppey (piano) ; Olivier Morard (contrebasse) ; Matthieu Garreau (batterie) ; Amen Paronikyan (congas) ils nous interprètent : Petite Valse et Little Bossa.

Et enfin : Christophe Metra (trompette) ; Alexis Requet (saxophone) ; Cyrille Savoi (sax/flûte) ; Wilhem Coppey (piano) ; Xavier Bozetto (guitare) ; Julien Daniel (contrebasse) ; Matthieu Garreau (batterie). Ils nous jouent les titres : Trois arbres dans la nuit et Iberico.

C’est avec une version allégée du big band que Stéphane dirigeait, Le Rivero Swing Band, que le deuxième set démarre.

Ils reprennent deux standards que Stéphane affectionnait particulièrement : Goodbye Pork Pie Hat de Charlie Mingus (le contrebassiste préféré de Stéphane) et Shiny Stockings de Count Basie.

La soirée se termine par une jam où l’on peut apercevoir Rémy Varaine et Olivier Truchot.

Une magnifique soirée et un sublime hommage pour ce formidable gars . Il aurait adoré. 

Tu nous manques Stéphane !

Ont collaboré à cette chronique :

X