(38) IsèreJazz Club de Grenoble

04/11/2021 – Quartet Caliente au Jazz Club de Grenoble

Ça y est ! C’est le grand jour, ou plutôt le grand soir, pour le Quartet Caliente !

Leur nouveau CD, intitulé « Caliente » comme il se doit, est sorti aujourd’hui ; il sera disponible sur les plate formes dans une dizaine de jours. Nous sommes ravis de le découvrir dans l’enceinte du jazz club.

Grande douceur des balais, des pincements de cordes, des mains sur le clavier, du souffle du saxophone, toute la salle en est inondée. Le ton est donné pour La Piu Bella Del Mondo. Les musiciens sont très concentrés, leur ferveur est de plus en plus soutenue. Le saxophone s’arrête, mais la mélodie se poursuit, finement. Elle coule, chantonne, appelant le retour grave, presque douloureux du saxophone. Quel enchantement !

Pour Caliente, Brice Berrerd à la contrebasse caracole, Alfio Origlio, au piano, trottine, Elvire Jouve à la batterie leur montre le chemin. Michaël Cheret au saxophone alto, fringant, s’exclame. La section rythmique accélère entraînant le bois. La batterie nous échauffe, la contrebasse danse, le piano exulte. Le saxophone nous emmène dans son effervescence !

Voici un boléro au pas et tranquille. Les sourires sont complices. Un solo de contrebasse sur fond de baguettes sobres est enveloppé des notes claires du piano. Les musiciens échangent des regards rieurs de connivence quand la rupture du tempo suggère un déhanché flatteur. Quel charme séduisant pour Attention si tu danses !

Michael choisit le saxophone soprano sur une composition d’Alfio pour son fils Sacha. Le piano est vif puis tendre bientôt accompagné par l’ensemble, attentif, puissant, vivant. Le saxophone éclaire, trace la route. Le jeu s’amplifie, la batterie claque, la contrebasse gronde, le piano les relie, le saxophone leur répond. Quand un solo fougueux de batterie emmène le groupe, le public jubile ! Sacha a maintenant vingt-quatre ans …

Pour Détails, une composition de Michael, la batterie éclate et emmène son monde. Avec plus de douceur, le saxophone bourdonne puis laisse la place. Alfio, au piano, s’amuse, pinçant les cordes d’une main, pianotant de l’autre ; les baguettes frétillent sur les cymbales ; la contrebasse, très présente, les soutient. Le saxophone revient, marmonne son chant puis s’éveille. L’ensemble s’anime, joyeux. Avec connivence, ils s’enflamment. Une belle broderie musicale aux tons chauds.

L’épouse de Michael a choisi d’intituler ce morceau Plume, avec affection. La batterie légère et rapide, la contrebasse, calme, et le piano, léger, accompagnent le saxophone vibrant, alternant présence et discrétion. La rythmique explose, furieuse. Le saxophone soprano revient, très doux, puis les quatre instruments s’unissent pour le plus grand plaisir du public, fasciné.

Pour le rappel, Michaël lance seul SBH (pour Saint-Barthélémy aux Antilles [NdlR: ou Sourire et Bonne Humeur]), gai, coloré, bien rythmé. La bonne humeur se répand. Chaque instrument apporte tour à tour sa fantaisie avec dextérité. Ils sont applaudis tout le long du thème !

Une belle équipe de musiciens, humainement sensibles pour un concert si Caliente !

 

Brice Berrerd : contrebasse ; Michael Cheret : saxophones ; Elvire Jouve : batterie ; Alfio Origlio : piano

 

Exceptionnellement notre photographe Sébastien Cholier s’est fendu d’une courte vidéo qui retrace bien l’intensité du concert.

Ont collaboré à cette chronique :

X