(07) Ardèche

13/11/2021- Masterclass de Franck Cassenti pour « Changer le monde » au Festival Cinézic à Vernoux (07)

Nous voici de retour à Vernoux-en-Vivarais en matinée cette fois-ci mais pour approfondir la discussion avec Frank Cassenti suite à la projection de son film de la veille, Changer le monde. Le cinéaste commence par remercier le public d’être revenu pour la rencontre et ajoute qu’il est réconfortant de voir des associations proposant des festivals qui se mobilisent pour la culture. On rejoint son sentiment, car on se sent à l’aise dans ce festival convivial et à taille humaine. Il nous permet de profiter des musiques que nous aimons tout en découvrant des subtilités sur notre passion. Il est probable, quand je serais grand, que je devienne envoyer spécial permanent en Drôme-Ardèche pour Jazz-Rhone-Alpes.com ! Mais chut ! … le patron et la Direction des ressources humaines ne sont pas encore au courant. Jean-Pierre Trescol, le président du festival Cinézic avait déjà lancé des pistes de réflexion en évoquant le thème ; comment filmer la musique et également est-ce que le film d’un concert est une œuvre cinématographique qui mérite d’être diffusée au festival ? Ce dont s’est abstenu l’association jusqu’à présent mais qui est une question en suspens.

 

Le réalisateur nous précise tout d’abord qu’il y a toujours de la musique dans ses films car il a lui-même un amour pour la musique. De plus, il est lui-même musicien et sa sensibilité lui permet de filmer en connaissant les musiciens et les instruments. Et tout particulièrement le rapport du musicien à son instrument et l’histoire qu’il a avec lui. Il insiste qu’il ne fait pas un film musical seulement pour les oreilles mais aussi pour les yeux. Il ajoute que la technique doit donner du sens, qu’un travelling n’est pas seulement esthétique et que l’on ne pose pas un micro n’importe où ! Il poursuit en déclarant, faire un film est une responsabilité sociale et esthétique. Les images donnent un sens social car elles sont omniprésentes dans la société et la responsabilité est présente à travers l’image.

 

Frank Cassenti aborde ensuite la question de la proximité avec les musiciens car le public s’étonne de sa présence auprès des artistes. Il répond que pour son film Changer le monde, c’est facile car cela se déroule à Porquerolles. Il est chez lui, dans le festival qu’il a cofondé et qu’il préside, et qu’il n’y a pas d’intermédiaires. Comme il fait la programmation, les musiciens sont ses amis et qu’il fait le film comme quand il boit un verre avec eux.

 

Son film Changer le monde n’étant pas diffusé, la question de la distribution et de la censure est alors abordée par le public. Le réalisateur indique qu’il a vécu la censure de ses fictions et de ses documentaires par les chaines de télévision, c’est pour cela qu’il ne passe plus à la télévision. Il ne se conforme plus au formatages des films, des documentaires et des émissions qui est demandé en amont par la production. Ses films sont aujourd’hui disponibles sur la plateforme https://www.cinemutins.com/

 

Nous terminons par des extrais de ses films. D’une part, Lettre à Michel Petrucciani qui a été un tournant dans le documentaire musical et qui a fait connaître le pianiste encore jeune à l’époque. C’est Aldo Romano, découvreur du jeune pianiste qui souffla au cinéaste l’idée de filmer ce documentaire. D’autre part, Music Gnawa qui est un documentaire ethnomusicologique. L’œuvre montre la musique de façon naturelle et pas seulement culturelle car elle est thérapeutique et la danse est sacrée.

 

Nous avons également eu l’occasion d’écouter deux pianistes durant cette matinée. Julien Drive qui nous propose une improvisation en guise d’intermède lors d’une installation technique. Ainsi que Jean Kapsa qui est programmé au festival le soir même pour jouer durant la projection d’un film muet de Buster Keaton, en interprète une deuxième pour la conclusion. Franck Cassenti le filme avec son téléphone portable durant son interprétation comme pour s’immerger dans la musique avec nous et nous faire partager son art de conteur de la musique par l’image.

Ont collaboré à cette chronique :

X