(74) Haute SavoieJazz aux Carrés

14/11/2021 – Olivier Ker Ourio & Sylvain Luc en duo à Jazz aux Carrés

Quasi fin de parcours pour cette édition du festival de la MJC des Carrés d’Annecy-le-Vieux (le dernier concert se passera mardi 16 à « L’espace rencontre d’Annecy-le-vieux » avec le projet franco-norvégien « LIV »). L’atterrissage se fait en douceur avec l’harmoniciste (chromatique) réunionnais Olivier Ker Ourio et le guitariste basque Sylvain Luc.

Disparue la forêt de câbles et de pédaliers sur la scène. Trois petits boîtiers au pied du guitariste et un simple micro pour l’harmonica. Sobriété et simplicité sans fard.

Le programme devrait tourner autour de la chanson française nous annonce le programmateur Alain Morhange… proposition pas tout à fait confirmée par les protagonistes « nous devrions en jouer … peut être … ou pas », les deux musiciens font montre d’emblée d’une belle camaraderie.

Et effectivement après quelques accords en guise d’échauffement cela débute par Dindi ! d’Antoine Charles (sic) Jobim, enchainé avec Les jours du vin et des roses (re-sic) (The days of wine and roses) d’Henry Mancini. On le voit bien ces artistes une fois sur scène, ils font bien ce qu’ils veulent, d’autant plus qu’ils en ont les moyens.

Les choses se mettent en place et l’on assiste à des dialogues où chacun laisse jouer l’autre, en pratiquant un accompagnement léger. Les yeux brillent quand l’improvisation sort des sentiers battus.

Arrive enfin du « bien de chez nous » avec des Feuilles mortes très « dérangées » à l’harmonica, avant de partir en impro complète. Puis c’est au tour de Sylvain de relancer, Olivier se creuse les méninges pour savoir comment appuyer son compère. Et ça se transforme en La javanaise. Ils ont réussi à faire chanter la salle sans même émettre une parole.

Suit une composition d’Olivier  : Belly dancing.

Retour à l’équipe de France avec le tube d’Henri Salvador, Syracuse, avec l’harmonica en avant, puis la guitare pour finir sur un bel unisson.

La Réunion c’est aussi la France alors nous découvrons Le roi dans le bois qui est devenu un traditionnel réunionnais. de Firmin Viriy, compositeur et chanteur de Maloya (musique désormais populaire à La Réunion). 

Le set se termine par un pot pourri où les citations fusent ce qui les fait beaucoup sourire alternativement avant de tourner à une variation très libre autour de Caravan.

Les musiciens sont ovationnés et nous offriront deux rappels dont un Estate de toute beauté.

 

Ont collaboré à cette chronique :

X