(26) DrômeFestiv'Jazz

20/11/2021 – Roberta Roman Trio « Le roman du tango » au Festiv’Jazz à Chabeuil

La Napolitaine Roberta Roman nous trace sa version de l’histoire du tango où tout serait parti de … Naples. De nombreux émigrés en Argentine, dont les Italiens, ont contribué à créer ce nouveau genre musical à la fin du XIXème siècle. Astor Piazzola, également immigré italien,  lui a donné ses lettres de noblesse au XXème siècle (pas un mot sur Carlos Gardel !).
C’est donc un hommage appuyé à son compatriote Piazolla que va nous proposer Roberta Roman avec son trio. On le verra, il s’agira d’une version très « romancée » de l’histoire du tango.

Nous entendrons entre autres : Michelangelo 70 de Piazzola.

Nous quittons le tango pour une valse composée à quatorze ans en 1911 par l’Argentine Rosita Melo (au nom prédestiné) Desde el alma.

Arrive enfin « the tube «  le Libertango d’Astor Piazzola  voulu par son compositeur comme une musique savante et pas seulement une musique à danser. Effectivement, la version proposée ici est bien revisitée.

Ou l’on apprend qu’un autre tube de Piazzola, Oblivion, était la BO du film Henri IV (1984) de Marco Bellochio avec Marcello Mastroiani et Claudia Cardinale, l’Italie toujours !

On change une nouvelle fois de registre avec une milonga d’Atahualpa Yupanqui, contemporain de Piazzola, lui aussi exilé puis réfugié d’Argentine. Il ne faisait pas bon être poète et artiste dans ce pays ces années-là !

Final sur La foule immortalisée par Edith Piaf et dont la musique a été écrite par un Argentin, Ángel Cabral.

 

Pour le rappel l’organisation du festival a proposé ce qui se fait trop rarement de nos jours c’est à dire de réunir les deux formations qui acceptent de se prêter à l’exercice, et les voilà repartis pour un Libertango différent du précédent. Bandonéon et accordéon nous offrent un joli dialogue.

Roberta Roman: guitare ; Marion Chiron: bandonéon ; Justine Métral: violoncelle

Ont collaboré à cette chronique :

X