(38) Isère

27/11/2021 – Micromegas – La Forge au Théâtre Sainte Marie d’en Bas à Grenoble

Le collectif La Forge fête ses vingt ans : Le Micromégas

 

Autre émanation de La Forge, bien qu’il existe depuis vingt-cinq ans : le Micromégas. Ce célèbre ensemble créé en 1997 par le pianiste François Raulin, mène un travail quasiment professionnel  allant de la formation, création de répertoire, travail sur l’improvisation. Il est composé de vingt-cinq membres de « sept à soixante dix sept ans », en majorité amateurs, mais talentueux.

Je ne peux malheureusement pas les nommer tous, même s’ils le méritent !

La scène du Théâtre Sainte Marie d’en Bas est à peine assez grande pour accueillir cet ensemble bigarré et  multicolore, avec leur quantité impressionnante d’instruments.

La bonne humeur règne, mais le sérieux aussi ! François Raulin, qui a abandonné son piano, évolue avec grâce parmi ce petit monde, le dirigeant avec le sourire en des gestes mystérieux que tous comprennent !

Les pièces au programme sont composées ou arrangées par François Raulin, dans un répertoire dynamique, à l’image de ce big band.

Des musiciens viennent chacun à leur tour sur le devant de la scène, improviser, démontrant ainsi que le mot « amateur » ne veut surtout pas dire sans talent.

L’ensemble est vivifiant et énergique, fait de canons, de ruptures de rythmes, d’envolées décapantes, de rythmes klezmers, brésilien comme pour les pièces d’Hermeto Pascoal ou Abdullah Ibrahim, ou  dans la tradition du big-band d’un Duke Ellington.

Mais le Micromégas nous surprend en jouant une valse, dédiée à l’actrice Anne Alvaro, Alvaro valse ou en adoptant un tempo traditionnel africain du sud avec The Wedding d’Abdullah Ibrahim.

Le musicien de prédilection de François Raulin reste Chris Mac Gregor et c’est sur MRA, pour laquelle Le Novo Quartet s’est joint au Micromégas, que la soirée endiablée s’est terminée.

Bravo et Merci à tous

Ont collaboré à cette chronique :

X