(38) IsèreJazz Club de Grenoble

02/12/2021 -Duo Intermezzo au Jazz Club de Grenoble

s

Marielle Gars au piano et Sébastien Authemayou au bandonéon nous ont transmis avec une telle passion leur attachement au compositeur argentin fondateur du Tango nuevo Astor Piazzola et à son œuvre, que le Duo Intermezzo n’était pas composé de deux musiciens, mais bien de trois !

Ils viennent d’ailleurs de sortir un « livre-disque », produit hybride, sur Astor Piazzola dont on a fêté en 2021 le centième anniversaire : Libertad, l’étonnant voyage d’un homme libre. Après deux années de recherche, ils ont constitué ce recueil très documenté sur le bandéoniste argentin.

Ils nous font le plaisir ce soir de jouer des pièces de ce livre-disque, en nous faisant partager avec générosité des informations et anecdotes sur leur musicien favori.

Tout comme Astor Piazolla qui a révolutionné le tango argentin à ses dépens, puisque le pays traditionaliste ne lui a pas pardonné, nos deux musiciens revisitent le tango et lui donne, à travers leurs arrangements, une note actuelle tout en respectant la dramaturgie du tango.

Le jeu de Marielle au piano est sans fioriture, à l’os, alors que le bandonéon est dans l’emphase, la générosité, surtout lorsqu’il se déploie comme une grosse chenille.

Ce duo raconte à travers leurs instruments les histoires inventées par Astor Piazzola, tantôt dans la réserve et la retenue, tantôt dans l’envolée des rythmes dansants du tango, comme dans Triumfal ou Jeanne et Paul. Dans Libertango, morceau très connu, Marielle et Sébastien accentuent l’arrangement jazzy qui lui donne plus de liberté et d’originalité. Avec Verano porteno du cycle des Quatre saisons, c’est la chaleur de l’été qui nous envahit

Le rythme s’adoucit et devient plus méditatif avec Saut de l’ange, issu de l’ensemble appelé Danse de l’ange, ou triste avec Adios Nonino qu’Astor a écrit la nuit qui a suivi l’annonce de la mort de sa mère. 

Le long et magnifique solo de piano décrit avec délicatesse la peine du musicien.

Musique réjouissante et nostalgique, le tango nuevo argentin a trouvé avec le Duo Intermezzo des héritiers et des passeurs dignes de leur père.  

 

Ont collaboré à cette chronique :

X