(38) IsèreJazz Club de Grenoble

09/12/2021 – Fête des amis du Jazz Club de Grenoble

La tradition au Jazz Club de Grenoble est de fêter la fin de l’année en un moment convivial jazzy et gustatif, jusqu’à ce qu’un virus vienne changer le cours des habitudes.

Hier cependant, nous avons bravé l’intrus et nous nous sommes retrouvés autour du plaisir d’écouter du jazz ou d’en jouer.

Alfio Origlio, qu’on ne présente plus, était l’invité de son Papa Salvatore Origlio, directeur du Jazz Club et néanmoins batteur, ainsi que Malcolm Potter contrebassiste, chanteur et compositeur.

Ce trio improvisé nous a mis du baume au cœur en nous offrant entr’autres quelques musiques de film revues et magnifiées  par Alfio comme celles d’Ennio Morricone et  de Nino Rota.

Il était une fois la Révolution de Sergio Leone, remplit la salle du Jazz Club de ses notes chaleureuses, mouvement évident et entraînant. Alfio, très investi et égal à lui même, fait galoper ses doigts sur son clavier, et Malcolm l’accompagne avec maîtrise et inventivité.

Avec Il était une fois l’Amérique, il reprennent la délicieuse et nostalgique chanson de Déborah, faisant revivre ces scènes délicates où Déborah dansait….

Mais c’est aussi La Strada de Fellini , ou dans un autre registre La Tosca de Puccini, magnifique arrangement d’Alfio, tout en finesse et élégance.

 

La deuxième partie de la fête est une invitation à tous les musiciens présents à venir sur scène et à partager un moment musical complètement improvisé et réjouissant.

Pour l’occasion Alfio s’est mis à la batterie, et accompagne Pascal Kober à la basse et Hervé Bodeau au piano pour deux pièces dont Song for my father. Puis c’est avec Bernard Oternaud au piano et Chantal Putaud au chant pour Lullaby in birdland et All of you

C’est avec Malcolm avec sa voix puissante et  assurée, Christian Sanchez à la guitare au son cristallin et Mohammad Reza Changizi, jeune iranien récemment arrivé à Grenoble, au piano, que se termine la fête au son d’un Summertime, annonciateur de jours meilleurs !

Ont collaboré à cette chronique :

X